mercredi 23 septembre 2015

Eikenott Gland : Avis aux médecins de garde de la Côte et à domicile


Chers gentils Docteurs qui passez parfois par là,

Sachant que les personnes âgées d'Eikenott ne peuvent pas bénéficier de Secutel depuis un an et demi, qu'un taxi ne peut venir les chercher ou les ramener devant leur domicile pour se rendre à votre cabinet, en cas d'appel à votre centrale médecins de garde ou cabinet, 

nous les résidents d'Eikenott Gland, 

enfants, jeunes, vieux, malades, mobilité réduite, vous informons que Facilitim ne vous accordera l'entrée du complexe en appuyant sur le bouton d'urgence qu'à une condition drastique :

Celle de déterminer s'il y a urgence ou pas, avant d'avoir vu votre patient.

Il vous faudra donc développer avant toute intervention vos dons d'extra-lucidité :


A défaut, vous devrez vous garer au parking visiteur, duquel de nuit vous ne pourrez pas sortir sauf à faire un long trajet supplémentaire, traverser tout le complexe à pieds avec votre grosse mallette bien lourde en vous cassant la figure tous les 3-5 mètres sur de grosses rigoles, et y ajouter quelques autres outils bien plus lourds encore genre pied de biche pour ouvrir les portes des immeubles d'une personne qui ne pourrait plus aller jusqu'à l'interphone :



Ce qui laissera largement le temps de mourir à l'un de vos patients qui serait cardiaque ou diabétique. 

Afin de vous prémunir de tout procès en cas de décès pour cause de lenteur, nous vous conseillons gentils docteurs, de faire signer une décharge à vos patients qui devront s'engager à ne pas mourir dans ce quartier :


Et si vous pensez qu'ils ne pourront pas tenir leur engagement, à procéder à une ordonnance anticipée d'autopsie :


Et pour terminer, gentils docteurs, nous espérons que vous ne serez pas assurés en RC par l'une des grandes assurances propriétaires de cette prison écologique d'Eikenott.

Avec tous nos remerciements pour l'attention que vous porterez à la présente ainsi que vos bons soins.

Le Tigre en cage

Pour info : Centrale téléphonique des médecins de garde (CTMG) 0848 133 133


samedi 19 septembre 2015

Gland mobilité douce : une plaisanterie ? Invitation à nos élus

Chers lecteurs, chers Elus de Gland,

J'invite officiellement ici nos élus de Gland à venir expérimenter sur des moyens auxiliaires électriques leurs accès, leur urbanisme et les chocs qui en découlent.

Je veux bien organiser cette escapade et réserver les moyens auxiliaires nécessaires pour cette expérimentation.

Me suis rendue ce 19 septembre 2015 à la Gare de Gland, deux fois, pour y rencontrer les Verts de Gland qui organisaient une présentation sur la mobilité douce.



Et que vois-je ? pas un seul stand pour scooters électriques 4 roues ou fauteuils roulants. Alors que dans cette Commune, je me fais régulièrement demander par des personnes croisées en route : "où est-ce que vous avez acheté votre scooter ? Cela fait longtemps que j'en aurais besoin, mais personne ne peut me renseigner". Je m'arrête volontiers le temps qu'il faut, explique les données techniques, les compatibilités, donne le nom et le No de téléphone à une entreprise fiable ASEMA pour des essais. Chose que strictement personne ne fait dans cette Commune. Je l'ai déjà signalé à l'Elue responsable du social.

J'y vois des motos : belle celle-ci, c'est vrai



des vélos électriques :


Des bikes tout terrain :


J'y vois des gyropodes, des trottinettes :



dont le vendeur me vante les gyropodes pour handicapés non représentés sur place "Avec suspension ou pas ?" Question restée en suspens. Certains oui, certains non.

Il m'invite à aller voir sur le net, j'y vais donc :




Gyropodes pour handicapés ? Certainement pas !

Les handicapés sont généralement polytraumatisés, paralysés partiellement, atteints de troubles neurologiques pour certains. 

Vous avez déjà vu un handicapé pouvoir faire tout cela vous ? Marcher vers l'arrière de la voiture, sortir un engin, le mettre en place, monter dessus ? Ces indications sont parfaitement inadéquates.

Toutes les videos de démonstration que j'ai vues sont faites par des personnes valides.

A la rigueur et très éventuellement pour personnes à mobilité réduite qui maîtrisent parfaitement leur corps, mais en sont déjà exclues toutes les personnes atteintes de déficit musculaire, de maladies neuro-dégénératives, de difficulté d'attention, de maladies osseuses. Ne reste plus grand monde. Et pour quoi faire ? Où pourraient-ils mettre leurs courses ?

Les fauteuils roulants sont adaptés aux personnes handicapées lourdes, polytraumatisées et généralement modulables en fonction du handicap avec de bonnes suspensions.

Les scooters électriques 4 roues sont partiellement adaptés aux personnes à mobilité réduite, le plus généralement sans suspension hélas !, bien plus pratiques que les fauteuils et aussi beaucoup moins chers, ils permettent de faire des courses, d'être chargés parfois comme des camions-déménageurs :-)

Une photo du mien après un parcours du combattant de Liddle à Eikenott : Bah oui, la solidarité de transport n'est pas non plus encore établie à Gland, inutile de dire que dans cet état là, il ne rentrait clairement plus du tout dans l'ascenseur, déjà qu'il a de la peine en temps normal :


Mais attention ! la plupart de ceux fournis en Suisse (95 % au moins) n'ont pas de suspension et sont un véritable danger pour l'ossature en raison de l'incapacité de nos urbanistes à construire quelque chose de tout simplement plat ! Car ils sont le plus souvent utilisés par des personnes ayant justement des maladies osseuses, ostéoporose avancée, arthrite, arthrose, déficit musculaire, incapacité à porter, à marcher, etc… Je dirais qu'avec 4 tassements de vertèbres en un an sur les rigoles d' Eikenott, même ceux avec suspension ne sont pas adaptés à l'absence d'urbanisme intelligent et qu'ils représentent des séquelles à vie.

N'y a-t-il donc aucune réflexion dans ce pays sur ces sujets là ? Non. On vend à prix d'or des moyens auxiliaires, qui coûtent en moyenne 30 % de plus que dans le reste de l'Europe, ne sont pas adaptés et génèrent des coûts de santé considérables en raison d'un urbanisme qui ne l'est pas lui non plus. Que fait Monsieur Prix ? Que font nos gouvernements ?

Et on vante dans des manifestations politiques des articles qui ne sont absolument pas adaptés par des vendeurs qui ne connaissent rien à la mobilité réduite ou au handicap. Bravo !

J'y reviendrai dans une analyse de tous les moyens auxiliaires électriques, des normes SIA qui ne leur correspondent pas, sans parler de celles qui ne sont pas respectées, car il est temps que notre Gouvernement Fédéral se penche un peu plus sérieusement sur la question des coûts de santé et de l'absence totale d'information ou de conseils adéquats donnés par les vendeurs ou la FSCMA qui gère les moyens auxiliaires pour l'AI.

Quant aux vendeurs de moyens auxiliaires en Suisse… je n'en connais qu'un qui soit sérieux, qui ne pense pas qu'à vendre, mais surtout à vendre le plus adapté, et réagit au quart de tour en cas de panne  : L'association ASEMA à Aigle. Je relève que d'autres vendeurs ont été sollicités et n'ont pas voulu venir, mais qu'Asema n'a pas été contactée. Il aurait cependant suffit de m'appeler, la Commune connaît très bien mon contact et me suit sur Twitter. Ce dont je lui suis reconnaissante.

Bon, vous me direz que je n'ai pas expérimenté tous les vendeurs de Suisse, mais j'en ai testé 4 sur la région romande dont certains sont une grosse source de problèmes. Je l'ai vécu et l'un des habitants de Gland le vit encore actuellement avec de nombreux soucis, de nombreux appels pour réparation et aucun retour.

La mobilité douce à Gland ? C'est une plaisanterie. Avec une rigole tous les 3-5 mètres à Eikenott, aucun passage piéton de l'Avenue du Mont-Blanc accessible : d'un côté une rampe, en face un trottoir arrondi de plus de 10 cm ! (Les petits scooters électriques le plus souvent fournis par l'AI ont une garde au sol de 6 cm) Excepté aux giratoires (Les élus sur place n'étaient pas au courant, j'en ai pourtant avisé la Commune bien en amont qui ne transmet pas), Les trottoirs qui s'arrêtent sans aucun moyen de traverser, les passages piétons qui ne sont pas en face des rampes et ceux qui n'existent pas du tout ou qui s'arrêtent en devant passer sur la route mais sans rampe, ou ceux qui ne sont pas déneigés. C'est un gros problème aussi pour les mamans avec poussettes. Pas seulement pour les handicapés et personnes à mobilité réduite. Je rencontre souvent des mamans avec poussettes, un enfant dans la main pour l'amener à l'école, une poussette dans l'autre, obligées d'escalader des trottoirs sans rampe ou des congères de neige. Elles se plaignent aussi. Qui les entend ? Ces personnes-là paient des impôts. Elles ont droit à un urbanisme adapté.

Les bus ne sont pas accessibles en scooter électrique par défaut non pas de place, mais d'agencement. Ce qui génère régulièrement des coûts de transport accompagné De Fr. 120.00 aller-retour  à Nyon pour chaque traitement et même de simples courses nécessaire à la vie, car Gland ne permet pas de le faire sur place. Les cars postaux encore moins, j'en ai discuté avec les TUG sur place, plutôt à l'écoute et sympa, merci à eux,  Impossible pour une personne à mobilité réduite de se rendre dans les Communes plus haut, profiter de la nature, des jolis petits village, de la fête des Vendanges à Luins ou autres manifestations auxquelles le Syndic Claude Gaignard nous invite, etc..

L'écoute n'a pas été la même sur tous les stands. Dès que l'on touche à la réalité, l'attention se perd, la tête se tourne, le regard dévie, le sujet de conversation est changé.

Les TUG m'ont demandé d'écrire pour mentionner… mais cela fait 20 ans que l'on écrit, que l'on montre, que l'on commente et que cela ne sert à rien ! Moi, je suis fatiguée d'écrire dans le vide, surtout qu'un rapport de 39 pages envoyé au mois d'août 2014 sur Eikenott à la Commune, à trois services différents, n'a fait l'objet d'aucune réponse écrite, ni d'aucun soutien pour toutes les personnes mises en danger !

Qui va payer ces coûts des transports accompagnés ? Le petit retraité à mobilité réduite sur sa petite retraite qui s'en passera faute de pouvoir le faire en générant d'autres coûts de santé par défaut, ou celui qui bénéficiera des prestations complémentaires pour ce qui est des traitements, mais pas du transport pour des courses qui seront à sa charge. Et donc pour bonne partie au contribuable ainsi qu'à la Commune qui reverse au Canton sa part qui lui doit probablement reverser sa part à la Confédération.

Je pense qu'avant de faire la promotion de la mobilité douce, il faudrait d'abord s'assurer que les infrastructures et l'urbanisme le permettent ainsi que les moyens de se déplacer. L'absence de ceux-ci génèrent des coûts considérables dans ce pays et donc dans cette Commune.

La mobilité douce aurait voulu qu'une petite navette payante à Gland soit en place pour que les personnes âgées en rollators ou avec cannes puissent se rendre dans les différents endroits de Gland les plus stratégiques, poste, Migros, Liddle, banques, le marché (de luxe) etc… au lieu de payer deux heures d'aides à domicile pour le faire quand c'est possible ou les transporter. Une petite navette payante pour plusieurs personnes ne représenterait certainement pas le coût de 2 heures de courses du CMS multiplié par X et permettraient aux personnes âgées de sortir de leur domicile.

La mobilité douce aurait voulu que chaque sortie d'une personne âgée, handicapée ou à mobilité réduite, ou maman avec poussettes ne soit pas un cauchemar, même dans les 100 m de leur quartier.

La mobilité douce aurait voulu que l'on puisse se rendre à Nyon en transport public, avec tous les moyens auxiliaires, dont les scooters électriques qui sont les plus utilisés de nos jours, ce d'autant que Gland ne permet pas de se soigner selon le soin, de s'habiller, de se chausser, ni d'y trouver le nécessaire à son logement.

Pourquoi nos élus mettent-ils toujours la charrue avant les boeufs ? Faire la promotion de la mobilité douce sans en donner les moyens ?

Tentons de nous en souvenir lors des prochaines élections et de choisir en conséquence des propositions.

Ou de voter blanc, si personne ne daigne se pencher sur le sujet, parce que la loi n'est pas respectée, ni ici, ni ailleurs dans ce pays, qui est le parent pauvre de la mobilité réduite en Europe oubliant au passage que la population est vieillissante tout en construisant des immeubles pour ceux-ci desquels ils ne pourront même pas sortir sans danger, ni même monter chez eux avec leur moyen auxiliaire, alors qu'ils peuvent à peine marcher et ne rien porter n'est-ce pas la Commune ? (Immeuble protégé Chavanne).


Qu'on ne me parle plus de mobilité douce dans cette Commune tant que son urbanisme ne sera pas adéquat.

J'attends de vous élus de Gland, que vous ayez le courage de venir expérimenter votre urbanisme dans les conditions que vous demandez à de de nombreux de vos citoyens et reste à votre disposition pour tous renseignements complémentaires que vous pourriez désirer.

Le Tigre

vendredi 18 septembre 2015

Eikenott Gland - accès : le témoignage de Canne Higou

Chers lecteurs,



J'ai pleuré en lisant ce témoignage reçu par mail de Canne Higou avec son autorisation de publication.

"J'apporte un témoignage sur le sujet de l'entrée dans notre quartier. Comme vous le savez les cartes permettent l'entrée dans le contexte mais pour en ressortir il faut également présenter sa carte, ce qui auparavant n'était pas le cas. On présentait le badge à l'entrée mais on pouvait sortir sans autre ce qui était plus simple.

Pour quelle raison doit on présenter son badge pour sortir? Je me casse la tête à ce sujet depuis que cela a été installé. Et l'autre jour j'ai été la victime, je dis bien victime, de cette hérésie.

J'avais été  à Nyon où j'ai fait quelques emplettes. Ainsi lourdement chargée j'ai pris un taxi qui m'a déposé devant la barrière j'ai du finir le trajet à pied avec le poids de mes courses. J'ai du m'arrêter tous les 10 pas pour me reposer et arriver chez moi sans force. Je n'ai pu que me jeter sur mon lit laissant mes courses en plan au milieu du salon. Compte tenu de mon état de santé cela aurait pu être grave.

Pourquoi direz-vous ai-je fait ces courses? Simplement  je ne peux pas me rendre tous les jours à Nyon et que si l'on trouvait certaines choses à Gland je n'aurai pas eu besoin de faire ce déplacement. Car il s'agissait de choses courantes. Rien d'extraordinaire.

Le chauffeur de taxi m'a proposé de m'amener devant m'a porte, mais apprenant qu'il ne pouvait pas ressortir du quartier, il a a été totalement surpris et a fait un geste du doigt qui n'indique pas l'intelligence d'une telle aberration. Car si nous suivons la règle j'aurais dû ouvrir les barrières avec mon badge, entrer avec le taxi, monter mes courses descendre reprendre le taxi pour l'accompagner à la barrière, les lui ouvrir, revenir à pieds alors que j'étais déjà au bout du rouleau.

Voilà Cher Tigre la suite des aventures. J'en ai parlé avec d'autres personnes elles se sont trouvées dans la même situation. Et je parle aussi en leur nom.

Quand les décideurs sortiront-ils de leur égoïsme et accepteront de discuter avec toutes les personnes concernées du quartier ? L'ambiance du quartier ne s'en trouverait que mieux.
Et nous pourrions changer de conversation lorsque nous nous croisons.

Cordialement.

Canne Higou"


Comment comprendre que l'on puisse faire vivre autant de difficultés, de douleurs et de risques pendant un an et demi dans un nouveau complexe déshumanisé, soi-disant écologique, solidaire, multiculturel et multigénérationnel ?

Après un 3ème badge, 4ème règlement différents en 18 mois, sans aucune réflexion entre les étapes malgré les cris d'alarme.


Comment croire que sur plus de 100m il n'y ait pas au moins 10 personnes qui soient passées par là, n'aient pas vu une personne âgée trop chargée s'arrêter tous les 10 pas ?

Les personnes âgées du quartier le savent, elles ont mon téléphone, je me déplace volontiers avec mon scooter électrique Max pour les aider, ou leur faire les courses dans le bas de Gland, ou poste qui sont trop éloignés ou même à côté lors d'absence de déneigement. Mais certains n'osent pas demander ou n'ont pas de tel portable en se retrouvant derrière des barrières pour le faire.


Ce récit m'a fait penser à cette musique de l'âme et du ciel, de celle que l'on ne peut faire taire :

Keith Jarrett - Tokyo Encore



Au prochain épisode

Le Tigre en cage

jeudi 17 septembre 2015

Humeur du soir ratage du ptit nid convoité


Chers lecteurs,

Je visais ce petit appartement, tout petit, mais tout mignon et au calme depuis des mois, sachant que le locataire actuel qui est de mes amis devrait s'en séparer tôt ou tard.

Avec son petit cabanon devant pour Max le scooter 4 roues, son entrée par le balcon, son petit salon cuisine aux murs en bois et sa petite chambre à l'arrière.

A l'abri des ondes électro-magnétiques en sus ;)


Mais grâce à mon constructeur qui m'envoya contre mon gré et à mes frais en longue convalescence, bah, je l'ai raté, il a été mis en location pendant mon absence et un autre a sauté dessus.

Bouh !

Le Tigre en cage


mercredi 16 septembre 2015

Eikenott Gland, le retour et constat des accès

 Chers lecteurs,

Avant mon retour, M. T.D. cadre de Losinger-Marazzi a proposé par mail de venir m'ouvrir les barrières d'Eikenott un samedi soir à 22h30 du fond du Canton si je ne trouvais pas d'autre solution, plutôt que de me permettre d'appuyer sur le bouton de secours ce qui aurait été la solution la plus simple. (voir blog précédent)

De retour depuis le 6 septembre, grâce au charmant animateur des ateliers de la Fondation l'Espérance venu me chercher à l'aéroport  et grâce à une jeune locataire venue ouvrir les barrières avec son passe que l'Espérance n'avait PAS malgré le fait qu'elle soit partenaire de la Commune et du complexe depuis plus d'un an…, (idem pour TCA) car les heures d'ouverture de Facilitim sont ingérables pour ces deux entreprises (j'y reviendrai en détail dans un autre blog).

j'ai pu constater :

LE NEGATIF :

- Qu'une énorme rigole avait vu le jour juste devant les barrières d'accès où même les jeunes manquent de se casser la figure comme on l'a vu dans certains commentaires du blog :


Et ceci probablement en échange des 2 premières rigoles remblayées sur 1m20 pour la seconde fois à l'allée Louis Cristin, oubliant au passage les 24 autres suivantes, dont le revêtement n'a pas tenu le coup et occasionnant à nouveau des chocs incessants pour les os et pour les pneus des moyens auxiliaires pour se rendre chez soi ou au parking visiteur ou dans les immeubles voisins. 4 tassements de vertèbres et un pneu éclaté n'auront pas suffit. L'Etat de ces rigoles remblayées coupantes et remuantes à ce jour :



- Que la partie remblayée des rigoles censée permettre le passage à nouveau difficile des personnes à mobilité réduite, âgées ou mamans avec poussettes est très régulièrement bloquée par des voitures d'entreprises de réparation, de vélos d'enfants ou trottinettes, car personne ne les voit en gris sur gris, si dégradées et sans indication ni information aux différents utilisateurs qu'ils ne peuvent pas le savoir.

Video des nouveaux chocs quand il ne pleuvra plus :-) N'ai pas encore exploré l'Allée Leotherius devant l'immeuble protégé où résident les personnes les plus fragiles du complexe, mais je crains le pire.

- Que l'espace à côté des barrières ne permet pas à une personne à mobilité réduite de passer, même pas avec un rollator pour une personne qui aurait par exemple une sclérose en plaque et aurait dû traverser tout le complexe pour arriver jusque-là, avec en plus cette énorme rigole à traverser pour aller prendre son taxi :


- Qu'un badge est également nécessaire pour pouvoir ressortir du complexe !!! Ce qui prive encore plus les personnes âgées de pouvoir prendre un taxi (voir blogs précédents)

- Que les minuscules poubelles prévues pour les papiers et cartons qu'il faut découper en morceaux de 20 cm… étaient toujours débordantes :



Il y a pire, car les faits énoncés depuis 18 mois ont de nouvelles conséquences :

- J'ai constaté également un gros hématome dans la joue d'une personne âgée, encore choquée plus de six semaines après une chute sur les rigoles et qu'elle en gardera des séquelles pendant des mois. Non, vous n'aurez pas la photo, mais nous sommes de nombreux témoins prêts à la soutenir.

- Qu'une personne âgée attend toujours après un an et demi de réclamations, mails, téléphones à notre régie Foncia que les dalles de son balcon branlantes et d'autres pas à niveau soient réparées ! J'ai moi-même soulevé le problème, le risque de nombreuses fois, une table à roulette s'étant renversée avec tout son contenu sur cette terrasse et qu'elle a manqué plusieurs fois d'y tomber. Idem pour d'autres locataires qui, eux, les ont réparées eux-même ayant manqué de tomber plusieurs fois en désespoir d'être entendus.




- Que des dalles ont été remises à niveau sur mon balcon alors qu'aucune ne branle chez moi pendant mon absence et que j'avais clairement stipulé que je refusais toute intervention à mon domicile pendant cette convalescence et en mon absence. Comment appelle-t-on cela en termes juridiques ?

- Constaté également que mon frigo continue à tout moisir en trois jours, qu'AEG est venu pour réparer la machine à laver la vaisselle après 18 mois, mais n'avait pas reçu d'ordre pour le frigo. Brillant sens de l'organisation qui va me bloquer à domicile 2 demi-journées et faire se déplacer 2 x la même entreprise dans un même appartement. En attendant, je continue à additionner les frais en découlant.

- Que l'équipe de FACILITIM qui n'ouvre qu'entre 17h00 et 19h00 avait changé et que personne n'avait été avisé de ce changement.

- Que le petit Tea-Room Prêt-à-manger qui a eu tellement de peine à s'ouvrir et de difficultés à survivre (voir blog antérieur) a définitivement fermé ses portes. Toutes les personnes âgées du complexe te saluent et te regrettent Hermann. Toi au moins, tu avais pensé à des chaises avec accoudoirs sur ta terrasse pour ces personnes.



Et pour ajouter une touche d'humour à cette partie négative du retour, une petite video de la porte folle de Louis Cristin 3 qui a, elle aussi, des velléités de rébellion et fait peur à notre doyenne. Cette porte est semble-t-il devenue folle avant mon retour, soit depuis plus de 15 jours

video

LE POSITIF :

- Egalement constaté qu'enfin et après 1 an et demi, la rampe de trottoir sortant du chemin du Communet avait enfin été réalisée permettant aux visiteurs handicapés de retourner au parking visiteur, même s'ils seront secoués comme des pruniers sur le chemin gravillonné incompatible avec des fauteuils roulants :


Après avoir dû passer par ceci ou cela, pendant 18 mois, ce qui était clairement ingérable :







- Constaté aussi qu'il a fait soleil au Troqenott des jouets pour enfants, contrairement à ce que la météo prévisait et que ce fut un joli succès, accessible à tous, car il se passait dans l'allée du Communet qui elle, par miracle est plate. J'y ai d'ailleurs trouvé deux chaises pliantes de balcon pour adulte que Daniel m'a données et a bien voulu transporter chez moi, MERCI DANIEL ! Lorsque je pourrai enfin partir d'Eikenott, je les laisserai de gré ou de force dans cette fameuse salle commune inaccessible SUVA de Louis Cristin 3 sur la terrasse pour que au moins deux personnes âgées puissent s'asseoir.

Photo Association Aqenott
Me suis néanmoins faite tancer sur twitter par l'un des membres de l'association, parce que je tirais à boulet rouge sur des manques d'accessibilité évidentes depuis 1 an et demi dans toutes les fêtes d'Eikenott. Mais à force de répéter sans arrêt les mêmes choses que personne n'entend, on finit par perdre patience. Et je continuerai à tirer à boulets rouges avec mes 38 kg tant que je serai en vie et que les personnes âgées, à mobilité réduite, handicapés, mamans avec poussettes ne seront pas respectés dans leurs droits, que les accès leur seront impossibles et que cela met leur santé morale et physique en danger. C'est comme cela, que cela plaise ou non.

"Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles" (Max Frisch)

- Constate en outre qu'il y a enfin de l'eau dans la fontaine de la place :


Au prochain épisode chers lecteurs

Le Tigre

lundi 14 septembre 2015

Humeur du jour : Entre Bouygues Telecom et Bouygues construction



Une petite humeur du jour en attendant le prochain blog qui mijote dans ma marmite sur le retour à Eikenott Gland :



Je me dis que l'un devrait donner des conseils à l'autre :





C'est beau la propagande non ?

Le Tigre

mercredi 2 septembre 2015

Eikenott - Gland 2 témoignages de plus - accès dépôt minute - rigoles

Chers lecteurs,

Les jours se suivent et se ressemblent à Eikenott, voici les deux témoignages reçus ce matin :

Reçu de Minette, ce jour par mail avec acceptation de publication, je cite :

"Sur l'emplacement encombré devant la Coop j'ai assisté hier a une scène très violente de la part d'une personne voulant stationner dans les places réservées à la crèche. La Directrice a été prise à partie avec une violence extrême  par le conducteur d'une voiture qui attendait dans une des places réservées à la crèche. Bien que la Directrice ait une manière plus que sèche de signaler les faits, j'ai eu pitié d'elle, elle a été insultée par un jeune conducteur comme jamais je n'ai entendu. J'étais horrifiée. Cette violence était telle que cela ne m'aurait pas étonnée que cela déborde en violence physique.

En temps normal je serais allée parler au conducteur mais franchement j'en ai eu peur. Constatation : toutes les places de la crèche étaient occupées plus celles de mobility.

La raison du stationnement inopportun: la recherche d'un pass. Mais là encore les bureaux de Facilitim ne sont ouverts qu'à partir de 17h."



Reçu par sms ce matin de ma charmante petite aide à domicile jeune et bien en forme , je cite:

"Tu feras bien attention à toi quand tu arrives à Eikenott, il y a une énorme rigole avant la barrière, moi-même j'ai failli me casser la figure".

* * *

Quelques éclaircissements sur ce dépôt-minute d'Eikenott :

A ma connaissance ce dépôt-minute n'est pas réservé à la crèche, mais je me trompe peut-être et le règlement a peut-être aussi changé entretemps. Mais quand on le regarde de près, il suscite quelques réflexions : (Photo du 14 avril 2015)


Deux places sont réservées aux voiture de Mobility-car, il ne reste que deux places pour un dépôt-minute.

Ce semblant de trottoir, étroit, ne permettrait même pas à une poussette pour jumeaux de pouvoir passer sans danger. De l'autre côté, il n'y a pas de trottoir du tout, sortie parking Coop et accès aux poubelles sans trottoir pour s'y rendre.

Le poteau en plein milieu ne permet pas d'emprunter ce "trottoir" pour sortir par ce côté d'Eikenott, les piétons sont donc obligés de passer par la route.

Un handicapé ne pourrait donc pas y être déposé avec son fauteuil roulant, l'étroitesse du trottoir ainsi que son revêtement ne lui permettrait pas de circuler, avec de plus un virage à angle droit. Ne parlons pas d'un scooter électrique 4 roues qui devrait être sorti d'un véhicule par l'arrière et ne rentrerait même pas sur ce minuscule trottoir, qui est censé être l'accès le plus direct au bus !

DANGEREUX !

J'ai déjà signalé cela oralement au début de la construction de ce trottoir aux constructeurs en demandant à ce qu'il soit élargi côté terre, ce qui aurait été possible avant que l'irréparable ne soit fait.

Dialogue de sourd puisque je n'ai pas été entendue. Il n'y a aucun endroit pour les piétons et mobilité réduite permettant de sortir du quartier côté Coop en toute sécurité, sans passer par la route et devant la sortie du parking avec des voitures qui en déboulent parfois à toute vitesse !

Pour ce qui est de la nouvelle rigole qu'on ne voit pas sur cette photo, devant les nouvelles barrières, je dirais qu'on n'arrête pas le progrès à Eikenott. On remblaie une partie des rigoles de manière totalement aléatoire pour permettre un passage, mais on en construit d'autres en échange.

Surréaliste !


Le Tigre