Affichage des articles dont le libellé est Vos récits. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Vos récits. Afficher tous les articles

mardi 17 janvier 2017

Humeur du soir désolée, certaines régies et handicapés

Chers lecteurs,

En cet après-midi ensoleillé montreusien puisque Clarens n'est qu'une localité dont je ne parviens pas à trouver le nom de ses habitants, j'ai croisé entre petites courses et courte promenade, une dame en fauteuil roulant électrique.

Quelques mots échangés, m'ont permis d'apprendre ce qui relève pour moi de l'horreur, de la discrimination et d'un manque de respect de notre constitution et des droits humains patent de la part de sa régie.

Elle vit dans un immeuble où l'ascenseur est si petit que même son rollator ne peut y entrer. Ca ma foi, c'est la construction de l'époque, on n'y peut rien.

Sa régie lui refuse de pouvoir laisser son fauteuil roulant électrique en bas dans le couloir, ce qui serait possible. Cela par contre est odieux.

Elle doit donc le mettre dans le parking d'un autre immeuble, à 50 mètres de chez elle, où la descente est en pente forte et où celui-ci glisse dès que le sol est mouillé. Lorsque l'accès est trop glissant, la concierge de cet autre immeuble l'a autorisée à le placer dans un petit réduit au rez extérieur, mais qui n'a pas de prise pour le recharger. Elle ne peut donc éviter la descente glissante en cas de recharge.

Elle doit ensuite repartir chez elle avec son rollator à 50 mètres de là, en passant par des congères de neige actuellement et chargée de ses courses. 50 mètres, c'est très loin pour certaines pathologies.

Toutes les régies immobilières ne sont pas comme ça, la mienne actuellement se montre extrêmement collaborante et courtoise depuis que je vis à Clarens, mais elle est une rare exception en de nombreuses années d'expérience. Celle de cette dame a beaucoup de chance que je ne connaisse pas son nom, ni même l'adresse exacte, car je me serais adressée directement au propriétaire de cet immeuble afin qu'elle n'ait pas ce parcours du combattant à faire chaque jour. Il est fort probable que le propriétaire n'est pas au courant, comme c'est très souvent le cas lorsque les régies ont un mandat de gestion total.

Ce pays est une honte. Il doit le savoir. Et le reconnaître. Et surtout avoir le courage de réparer ses erreurs ainsi que de respecter sa propre constitution.


Le Tigre


vendredi 19 août 2016

Ce que j'ai acheté ce jour pour CHF 8.00 au Bric-à-Brac de Gland - La vie sociale, c'est ça !

Chers lecteurs,

Confrontée au quotidien par l'absence de solidarité à #Eikenott et Gland, ce fut un jour heureux de voir qu'elle n'était pas complètement morte.

Qu'est-ce que le Bric-à-Brac ? me direz-vous :

C'est une association (Pro-Jet) ameublement de seconde main, qui permet la réinsertion sociale des personnes au chômage et autres. Il récupèrent gratuitement les objets vendables à bas prix, se chargent également de porter à la déchetterie les objets avariés contre rétribution modeste, livrent à conditions modestes aussi.

Ils officient à Nyon et à Gland, vous trouverez le site

Détaillons un peu :

Assiettes en action 3 au prix de 1

6 assiettes plates 
6 assiettes dessert 


Elle ne sont pas en porcelaine, mais en Arcopal, que j'ai précisément choisi parce que plus léger, que tout poids me fait mal, même une assiette et que j'adore le vert qui est ma couleur préférée. Mais les assiettes en porcelaine étaient au même prix et il y a avait de jolies assiettes anciennes pour les chineurs invétérés.

Du coup, leur ai téléphoné en rentrant pour me garder celles qui restaient dans ma même collection.

Devant aller faire des courses entre-deux plus loin, il m'ont tout emballé soigneusement dans du papier journal en attendant, pour que mon scooter électrique 4 roues ne casse pas le lot sur les rigoles d'#Eikenott.


Un ptit truc zen 


Avec des cailloux. Je vais le repeindre en blanc et y mettre les jolis cailloux et verre émoussé de la mer ramassés autrefois en Grèce

Un Double-CD SCHUBERT Sonates tardives interprété par Maurizio Pollini en 1987 Deutsche Grammophon.


Leur ai apporté en venant chercher le lot du sucre pour leur café et des madeleines pour leur goûter. Ils étaient heureux, moi aussi. Parce que la solidarité, cela fonctionne dans les deux sens, contrairement à ce que croient certains habitants d'#Eikenott.

CHF 8.00 pour tout ça, c'était cadeau.

* * *

Pas pu rapporter le pain préféré de l'une de nos aînées d'Eikenott de la Migros à laquelle elle ne peut pas aller, car il n'y en avait plus (bouhhh). Mais le vendeur m'a dit que si je l'appelais le jour avant de venir, il me les garderai. Merci Migros. Je le ferai la prochaine fois.

Ai rapporté à une autre aînée du quartier le pain qu'elle aime, car il y en avait encore (chic !).

En passant par des rigoles ingérables creveuses de pneus et casseuses d'os d'Eikenott sur un moyen auxiliaires 4 roues. Et par un urbanisme de Gland digne des temps préhistoriques dont je réclame depuis 2 ans la réfection urgente. 

LA VIE SOCIALE. LA SOLIDARITE, c'est simplement ça ! 

Pendant que des constructeurs à coup de milliards vendent du vent à des propriétaires multimillionnaires qui engagent des régies qui elles vendent encore plus de vent à des locataires démunis et en danger quotidien pour leur santé.

Losinger-Marazzi et BouyguesConstruction prenez-en de la graine. Lorsque vous voulez chapeauter un réseau de quartier en gardant le contrôle sur tout, qui n'a pas du tout fonctionné : on ne parle pas à des locataires et encore moins à des petits vieux comme à un conseil d'administration. On commence par respecter leurs droits. On leur parle comme à des humains, pas comme à des robots. ON NE LES MET PAS EN DANGER TOUS LES JOURS avec des manques. On ne fait pas passer le superflu avant l'ESSENTIEL.

Pendant qu'un Tigre non résolu à baisser les bras se verra bouc émissaire d'une majorité d'habitants du quartier parce qu'il aura juste voulu et faire en sorte que les choses changent à coup de crocs et de $ et se verra attribué de médisances, de jugements arbitraires sans espoir de pouvoir répondre et de haine distillée à chaque rencontre, seuls quelques lucides échapperont à cette marée. Merci à eux.

Pendant que des petits vieux ici seront tellement isolés de tout et de toute aide, qu'ils se laisseront mourir ou seront retrouvés au sol, gisants, par des aides à domicile, moi je serai là, tant que j'y serai et peut-être même après pour en témoigner, n'en déplaisent à ceux qui se plaignent à longueur d'année et reculent dès qu'il faut faire un pas en avant.

La solidarité, c'est d'abord l'empathie, le respect. Le reste suit.


Le Tigre

samedi 28 mai 2016

Eikenott Gland il y eut deux fêtes des voisins réussies

Chers tous,


La première, organisée par l'Association Aqenott sur la place publique et dont vous pouvez voir les photos

 ici 

Heureuse d'avoir appris par des aînés du complexe que cette fois-ci, ils ont été très bien accueillis, que des tables sans banc leur avaient été réservées afin qu'ils puissent s'asseoir sur des chaises adéquates à leurs possibilités.

N'ai pas pu m'y rendre, car j'étais invitée à la seconde fête, avec quelques nourritures entièrement bio à préparer, fête qui s'est déroulée dans la salle attique SUVA de notre immeuble Louis Cristin 3, organisée par l'une des aînées de l'immeuble avec l'aide d'une association dont elle est membre. 

Notre salle étant toujours vide et non aménagée après 2 ans et un mois, il leur aura fallu, une fois de plus monter des chaises avec accoudoirs pour les personnes âgées et aussi afin qu'il y en ait en suffisance pour tous.


Quelques flyers avaient été déposés dans 3 immeubles voisins, dont l'immeuble subventionné un peu solitaire au fond du complexe et dont nous rencontrons rarement les locataires. C'était une bonne idée, cela nous a permis de faire connaissance avec un charmant Monsieur solitaire ainsi qu'un couple avec enfants résidant, eux, dans le deuxième immeuble SUVA.

Les surprises ne s'inventent pas, j'avais rencontré déjà le Monsieur de ce couple il y a vingt ans à Moorea Polynésie. Nous voilà donc partis dans de grands souvenirs du Maha Tahiti, de poisson cru, de tarots racines, de ses délicieuses mangues, du Tiki Village et des morsures de scolopendres.

De très intéressantes discussions aussi avec le Monsieur solitaire, sur la médecine de nos jours et ses paradoxes.

Le peu d'aînés ou seniors qui vivent encore dans cet immeuble étaient tous présents.

Deux nouveaux couples de jeunes récents locataires, charmants, volubiles, intéressants, communicatifs, sont venus nous rejoindre. 

Et charmante dernière surprise, 2 aînées de l'immeuble protégé ont traversé le complexe et ses rigoles, dont l'une avec rollator, pour nous faire le plaisir de leur présence tout en se prenant un ballon dans la tête, de trottinettes qui les frôlent à toute vitesse et des giclures de pistolets à eau. Un combat de plus s'annonce pour la sécurité des aînés et PMR.

Cette soirée sur la terrasse, le ciel ayant été clément, fut non seulement très sympathique et conviviale, mais aussi très instructive, grâce au mélange de différentes générations et à la transmission d'informations venant de tous les âges.

Je n'ai pas pris de photo, trop occupée à "batoiller".

Merci à l'une de nos aînées d'avoir organisé tout ceci pour cette belle rencontre.

Dommage que la SUVA notre propriétaire ne joue pas le jeu, n'aménage pas cette salle comme promis et se soit contentée d'y laisser les quelques tables et chaises ingérables en raison de leur lourdeur que Losinger-Marazzi s'est abstenu d'enlever en quittant le complexe, pensant bien faire.

Dommage aussi que SUVA n'ait pas accepté que nous l'aménagions nous-mêmes malgré la bonne volonté de différents résidents, des offres de quelques meubles, ainsi qu'un montant offert par le constructeur pour démarrer.

Cette situation rend toute organisation d'évènement très difficile pour les personnes âgées, mais pour les jeunes aussi, car il faut tout monter, même de quoi s'asseoir et de quoi nettoyer 100 m2 avec une serpillère de 2,5 pièces. C'est ainsi qu'une énorme salle vide n'est utilisée que 3-4 x par mois et le plus souvent pour des anniversaires d'enfants qui eux n'ont pas les mêmes besoins d'aménagement. Je pense qu'une salle leur étant dédiée dans ce grand complexe n'aurait pas été inutile, ils auraient pu y laisser leurs jeux, leur déco. 

Mon article précédent à ce sujet


Quelques fleurs glanées dans une petite rue de Gland villas pour parfumer votre coeur

Gland CH

A bientôt

Le Tigre


jeudi 19 mai 2016

Demi rectificatif Romande Energie blog du 15 mai

Chers lecteurs,

Suite à mon blog du 15 mai interpellant Romande Energie



Ce propriétaire a pris contact avec moi sur Twitter et je l'en remercie, c'est une réaction plutôt rare. Romande Energie m'a avisée qu'elle n'avait pas été décisionnaire pour cet appartement, l'agence immobilière étant mandatée pour l'attribution des appartement et leurs immeubles entièrement gérés par celle-ci.

Pour les lecteurs étrangers, il faut savoir qu'en Suisse, soit c'est la régie qui décide, soit c'est le propriétaire, selon le contrat qu'ils ont ensemble. Mais même lorsque c'est le propriétaire qui décide, de fait c'est quand-même la régie, car elle envoie au propriétaire les dossiers qu'elle veut… C'est ainsi que les régies pratiquent un véritable discrimination envers les retraités ou PMR comme l'a soulevé M. Carlo Sommaruga récemment dans ses articles.

Je parle là des loyers libres dont les loyers sont plus élevés et non des immeubles à loyer modéré, qui eux, sont attribués différemment, mais auxquels les suisses retraités n'ont pas droit s'il ne vivent pas dans la Commune depuis 3 ou 5 ans, selon le règlement de la Commune en question. J'y reviendrai dans un blog plus explicatif.

Romande Energie m'a promis de demander à la régie quel était son mode d'attribution, elle l'a fait et me l'a transmis :

"La régie a pour politique de privilégier les dossiers qui sont en parfaite adéquation avec les prestations du bien proposé (équipement, parking, etc."

Je trouve cette réponse particulièrement "langue de bois" car cet appartement loyer libre convenait parfaitement à mes besoins, selon certificat médical, excepté le fait que je n'avais pas besoin de parking, n'ayant pas de voiture.

J'en déduis donc que la location d'un parking a été privilégiée à une urgence médicale et une question de survie et de risque fracturaire constant. Cet immeuble n'ayant pas assez de parkings pour tous les locataires, il aurait pu être facilement reloué à quelqu'un de l'immeuble.

Quant à mon petit moyen auxiliaire électrique 4 roues très compact, comme mentionné dans le blog précédent, il aurait eu des tas de places possibles à disposition.

Merci en tous cas à Romande Energie d'avoir pris la peine de répondre et d'avoir questionné la régie ainsi que de m'avoir transmis leurs motifs.

Prochain article sur le sujet, comme promis, de l'impossibilité pour les retraités, PMR, seniors, aînés de pouvoir trouver un logement.


Le Tigre


dimanche 15 mai 2016

Il était joli pourtant ce petit appartement appartenant à Romande Energie


(Demi-rectificatif du 19 mai 2016 à ce blog à voir ICI )

* * *




Il était joli pourtant ce petit appartement appartenant à  Romande Energie, à ma convenance, au calme, dans une ville où je pouvais trouver tout ce dont j'ai besoin, me nourrir, me soigner, un joli marché bihebdomadaire, avec des produits bio, du poisson sauvage, des fleurs et pléthore d'autres choses, une Migros à 200 mètres, en passant par des allées de marronniers, un lac accessible sur des kilomètres, une piscine pour refaire un peu de tous les muscles perdus, des associations de quartier, des arbres, des trottoirs sans rigoles fracturaires tous les trois mètres,


Il était joli ce petit appartement avec son joli balcon d'angle, ensoleillé toute la journée avec ses bacs intégrés pour y faire pousser mes herbes aromatiques et tous les autres bacs que j'y aurais mis et arbustes florifères.


Il était joli ce petit appartement avec ses voisins si sympathiques que nous avons accroché au premier regard, des étrangers là depuis plusieurs dizaines d'années, qui me voyant avec une canne n'hésitèrent pas à me proposer leurs services avant que je ne sois là, ni si je pourrais y être… cette solidarité que l'on ne rencontre qu'avec les étrangers chez nous de longue date, bricoleurs, serviables, charmants, humains,

Il était joli ce petit appartement, avec sa petite cuisine séparée, sa petite chambre supplémentaire dans laquelle j'aurais pu à nouveau créer, composer, écrire, peindre, revivre,

Il était pratique ce petit immeuble et joliment architecturé, avec sa rampe d'accès à l'entrée plate, où je pouvais laisser mon moyen auxiliaires 4 roues à des quantités d'endroits possibles dont certains auraient juste nécessité la mise en place d'une prise, comme ce parking au rez, très pratique, s'ouvrant automatiquement, où déjà des quantités de vélos abandonnés trônaient l'air de dire, nous aussi on a droit à une autre vie, on attend,



ou de pouvoir le laisser là, dans ce petit coin sous l'escalier, juste en face de l'ascenseur, il n'aurait dérangé personne et une prise était déjà là :


Il était pratique ce petit immeuble où l'on peut appeler un taxi qui aura le droit de s'arrêter devant ou un bénévole qui ne sera pas bloqué par des barrières l'en empêchant,

Elle était jolie cette ville, avec ses petites rues, ses squares, ses rives lacustres, sa douceur, dans laquelle mon père a vécu sans moi presque toute sa vie,

Mais Romande Energie en décida autrement, malgré certificat médical d'urgence fourni datant déjà d'un an, lettre de motivation et solvabilité, préférant laisser un Tigre enfermé dans une cage dont il ne sortira pas vivant.

Est-ce cela l'énergie ? Tous source d'énergie ?


Adieu baignoire, calme, marché, soins, sécurité, piscine, autonomie, économie, vie, énergie. Un Tigre devra continuer à rouler sur des rigoles tous les trois mètres, fracturaires, éclateuses de pneus, et dépenser des sommes considérables en déplacements pour ses soins et examens médicaux, commander de quoi pouvoir se nourrir sur le net.

Adieu jolie petite rue des Marronniers, adieu douce Vevey


Prochain blog : de la difficulté voire de l'impossibilité pour les seniors, les aînés, les PMR de trouver un appartement en Suisse par discrimination. Quand c'est le 6ème appartement refusé en un an, que cela génère des coûts énormes de déplacement, de téléphone, de dossiers fournis, d'impossibilité de recevoir des information concrètes, il faut comprendre pourquoi, un pourquoi auquel jamais personne ne répond. Et aussi pourquoi ils ne sortiront de l'endroit où on les a parachutés sans aucune réflexion, que les pieds devant ou dans un EMS après avoir passé des années à ne plus pouvoir vivre avec des droits constamment bafoués.

Chopin sous les doigts de Roberto Poli le dira tellement mieux que moi :



Le Tigre


lundi 25 avril 2016

#Eikenott Ce matin un plombier…


Récit du 25-26 avril 2016

Ce matin un plombier
A tué une heure
Par barrières bloqué
Bouton d'urgence leurre
A l'insolence avérée

Se perdant dans allées
Falsifiées par erreur
D'adresses erronées
Par notre régisseur
A l'exactitude peu doué

Il fut ainsi empêché
D'adoucir nos malheurs
Par l'outil convoité
De calcaire chasseur
Pour propriétaire apeuré

Eau coupée
Généra envahisseur
De résidus collés
En toilettes flotteurs
Refusant d'obtempérer

Autre plombier
Envoyé par constructeur
Dut venir urgenté
Grand libérateur
D'intestins lestés

Le Tigre (qui se demande s'il ne ferait pas mieux d'écrire Eikenott en vers pour être mieux compris, même si ce n'est clairement pas très poétique et si le nombre de pieds est à la masse)


dimanche 3 avril 2016

Eikenott Gland : Il aura fallu 700 jours pour que Foncia envoie un réparateur frigo !

Comme vous le savez tous depuis que ce blog existe, chers lecteurs, à Eikenott, rien n'est jamais simple.



Il aura fallu depuis mon emménagement du 1er mai 2014 au 31 mars 2016 :

700 jours ou
100 semaines ou
23 mois ou
1,92 années, soit 2 ans moins 1 mois


pour que suite, enfin, à un inventaire de fin de travaux de garantie du constructeur Losinger-Marazzi organisé par le propriétaire, un réparateur vienne en date du 31 mars 2016, examine mon frigo moisissant tout en 3 jours, comme je l'ai déjà démontré sur ce blog 

ICI 

C'est ainsi, qu'une agence FONCIA Nyon "qui fait très bien son travail", dixit son responsable pour la Suisse-Romande, laisse une personne à mobilité réduite, ne pouvant faire ses courses tous les jours, obligée de commander sur le net une partie de sa nourriture pour la semaine, tomber celle-ci pendant 23 mois et jeter en moyenne CHF 15.00 de nourriture bio par semaine dans un quartier ECOPASLOGIQUEDUTOUT, ce qui représente la somme de CHF 1'500.00 au 31 mars 2016 à laquelle s'ajouteront les semaines jusqu'au changement d'appareil.

Ajoutons à cela la nécessité de nettoyer son frigo constamment pour ne pas risquer une infection, sans l'aide nécessaire.

Et ce, malgré de nombreuses doléances, appels téléphoniques, mails à tous les intervenants, avec promesses jamais tenues ou pas de réponse du tout en ce qui concerne Foncia.

Et également des quantités d'explications alambiquées au tel par AEG ou sur place par le constructeur passé par là, relevant de l'ineptie crasse.

Il n'aura pas fallu plus de quelques minutes à ce compétent et consciencieux réparateur pour dire :

CE FRIGO EST TOTALEMENT DEFECTUEUX, 
IL FAUT LE REMPLACER !

Et il constata même la dernière moisissure en date :



Peut-être que pendant 2 ans j'aurais dû m'atteler à la culture de champignons dans mon frigo, cela m'aurait peut-être rapporté quelques deniers au lieu de m'en faire perdre une quantité ainsi que des heures d'aide nettoyage lorsqu'il y en avait une et d'innombrables sacs de compost très lourds à soulever en passant par des rigoles fracturaires et éclateuses de pneus de moyen auxiliaire pour aller les déposer ayant déjà généré 4 tassements de vertèbres et 4 pneus éclatés, je le rapelle.

Remercions :

Losinger-Marazzi - constructeur
SUVA - propriétaire
FONCIA devenue DOMICIM (sans que locataires aient été avertis un mois plus tard) - régie

pour leur sens de la responsabilité, le respect de leurs locataires et du droit et leur extraordinaire rapidité d'action !



AMEN.

Mise à jour du 5 avril 2016 :
Mon frigo sera échangé demain 6 avril, j'ai été prévenue ce matin. Me reste quelques heures pour trouver des congélateurs vides dans l'immeuble chez mes voisines :-)

LE TIGRE


jeudi 31 mars 2016

Sur les rigoles d'Eikenott Gland, un enfant s'est blessé, sang et suture

Une semaine difficile à Eikenott, que cette semaine avant Pâques. entre deux ambulances dont l'une est restée pendant des heures avec voiture de police et finalement brancard sorti couvert… aide à domicile qui vous lâche sans sommation juste après tous les papiers officiels faits ne désirant plus faire du ménage ou suivre une liste de courses, des pompiers qui ne peuvent pas s'approcher et s'occuper d'une voiture qui sent le brûlé dans le parking de la Coop car voitures bloquées derrière l'infranchissable barrière et autres facéties Eikenotiennes

Autre chose s'est passé 

QUE JE NE LAISSERAI PAS PASSER DU TOUT !!!

Un petit enfant de la crèche s'est blessé en tombant sur les rigoles avec sa trottinette. Bouche en sang, sutures. Les enfants de la crèche n'ayant aucun autre endroit pour aller jouer, il sont bien obligés de supporter sur leurs petits os encore malléables des chocs incessants avec leurs trottinettes ou petits tracteurs à pédales, tous les trois mètres. Je conseillerai donc vivement à leurs parents de les emmener chez un ostéopathe avant qu'il ne soit trop tard. Les séquelles de tous ces chocs se révéleront des années plus tard.

Ce n'était pas le seul en deux ans, mais personne parmi 1'200 personnes de ce complexe apparemment, mais apparemment seulement, ne se plaint sauf moi dixit ma nouvelle régie à tort, dont on n'a toujours pas été avertis du changement de raison sociale après un mois. Je doute un peu que Foncia relate à ses nouveaux partenaires toutes les plaintes qui ont été faites à #Eikenott en presque 2 ans. 

Alors petit bilan en passant des dégâts de santé et donc écologiques que font ces rigoles minergiques censées récupérer de l'eau de pluie…

- Eté 2014 : j'ai vu une grand-maman qui surveillait son petit enfant tomber en se prenant le pied dans une rigole.

Eté 2014 : j'ai vu le petit enfant d'une autre grand-maman se prendre la roue du vélo dans une rigole, tomber lourdement et rester choqué pendant de très longues minutes pendant qu'assis sur un banc et blanc comme un linge, on devait le tenir pour qu'il puisse tenir assis.

Personnellement il s'agit de 4 tassements de vertèbres et de 4 pneus éclatés sur mon moyen auxiliaire 4 roues que personne n'a jamais remboursés et des douleurs tellement augmentées et prégnantes à chaque sortie que je n'ose plus sortir pour aller à la Coop à 50 mètres sans risquer un nouveau pneu éclaté ou une fracture.

C'est aussi des dizaines de tubes ou pommade d'Arnica délivrés gratuitement par la pharmacie à tous ceux qui se cassent régulièrement la figure, même sur la place où les rigoles sont plus étroites, mais les dalles pas à niveau, dont des Messieurs très valides et très en forme se prennent les pieds dans les angles.

Ce sont des centaines de chocs générés aux personnes en fauteuil roulant de l'immeuble protégé ou roues bloquées de leurs rollators

C'est aussi une semaine d'arrêt accident pour notre facteur qui pourtant les connaît bien ces rigoles mais s'est quand-même pris le pied dans l'une d'elles, sans compter les innombrables chocs que les scooters électriques de la poste et les os des 3 facteurs sont obligés de subir chaque jour, j'y reviendrai, je vais les compter !

C'est aussi une octogénaire, lourdement tombée, qui en a subi des séquelles pendant des semaines avec des bleus partout, un transport d'urgence en radiologie et qui s'en est plainte à notre propriétaire la SUVA en demandant tout gentiment si on ne pourrait pas mettre des grilles sur ces rigoles. La réponse fut : "Ah non, des grilles ce n'est pas possible, cela revient trop cher".

Ca coûte combien la santé LA SUVA ?

Magnifique réponse d'un syndrome d'irresponsabilité chronique. Ainsi que de l'absence de réponse de notre Commune de Gland qui ne fait pas son devoir de protection et de sécurité dans ce quartier ! Malgré le fait que je l'aie alerté plusieurs fois depuis 2014 et demandé des explications au sujet du règlement de police communal.

Bien, que les locataires, mêmes jeunes préfèrent s'en aller plutôt que se battre pour leurs droits, que chaque semaine des camions ou camionnettes de déménagement pullulent dans ce quartier, moi, tant que je suis là, et même après, je ne lâcherai pas le morceau. Et quand-bien même cela me coûte déjà plus de CHF 7'000.00 d'avocat pour défendre mes droits avant une première audience… sans parler des frais de transport accompagné pour défendre 1'200 personnes qui baissent les bras.

J'ose espérer que cette fois-ci, les parents des enfants de la crèche se révolteront et que la direction de la crèche prendra aussi ses responsabilités en se plaignant à qui de droit.

Je n'accepte pas que l'on touche à la santé des tous petits, ni d'ailleurs à celle de tous les autres en se lavant les mains de l'eau Ponce-Pilatienne de tous bords :

Constructeur : Losinger-Marazzi
Propriétaires : Toutes nos grandes assurances… SUVA, VAUDOISE, MOBILIERE, ETC… ETC…

Un internaute sur twitter me demandait dernièrement : "Mais qu'est-ce qu'ils attendent ?"

La réponse fut claire : UN MORT !

Petit florilège de rigoles tous les 3 mètres :








Le Tigre

vendredi 25 mars 2016

Eikenott Gland : Une Reine nous a quittés - pensées vers ailleurs

L'étincelle avait jailli, instantanément, dès notre première rencontre, elle sur son fauteuil roulant poussé par son bien-aimé fils, moi sur mon moyen auxiliaire 4 roues entre fruits et légumes de la Coop D'Eikenott. 

Etincelle de connaissance, de reconnaissance, d'instantanéité, au premier regard, celle qui fait qu'avant le premier mot échangé, on "sait" l'autre. Les musiciennes savent entre-elles entendre les sons de l'âme.

"Venez me voir, venez me voir, cela me fera plaisir" disait-elle en gardant ma main dans la sienne.

Un chevalet, une partition de Bach sans leur violon, ce meilleur ami de vie qu'elle avait tenu dans ses bras si souvent et si longtemps, avait déjà été vendu. Cette musique qu'elle ne pouvait plus écouter car tous les sons se mélangeaient dans ses oreilles ne pourrait plus apporter consolation ni soulagement à ses souffrances.

Délicates peintures sur porcelaine que ses mains autrefois habiles avaient peintes.

Port de Reine essoufflée au moindre mot ou geste, élégance naturelle, intelligence et lucidité rares me montraient les vestiges d'un passé qu'il est bien difficile de ne plus pouvoir insérer dans un présent fait de solitude, malgré les visites fréquentes de ses enfants ou des miennes.

"C'est mortel ici, un cimetière, il n'y a rien" disait-elle souvent parachutée dans un quartier où chaque rigole représentera handicap et douleurs. 

De petites gâteries l'après-midi dans son frigo, de quelques fleurs pour égayer son quotidien ou de repas préparés chez moi que nous mangions ensemble parfois le dimanche, dont elle reprendra trois fois, elle qui ne mangeait plus que du bout des lèvres ceux livrés par le CMS. Et surtout cette main, la mienne, qu'elle aimait garder dans la sienne, le plus longtemps possible. 

Elle m'aura appris beaucoup, pour la défendre, pour défendre des droits élémentaires pour tous, le droit au respect, à la considération, à la sécurité. A subir les foudres d'un dicastère social qui jugera indécent que j'ouvre le frigo d'une personne de 90 ans pour m'apercevoir qu'il était totalement vide un jour avant Noël, le CMS ayant renoncé à lui faire ses courses ce jour là, débordé, sans prévenir personne, ni ses enfants, ni elle-même. Qui jugera aussi que je peins le diable sur la muraille en dénonçant le danger constant et quotidien généré par ces rigoles tous les trois mètres pour les personnes âgées. Elle m'apprendra aussi à harceler le chauffagiste au téléphone pour qu'il ne laisse pas des petits-vieux avec 17 degrés pendant 10 jours de fêtes alors que tous les bureaux seront fermés.

Elle m'apprendra, elle qui se retrouvera par terre sans pouvoir se relever pendant de longues heures, à me battre et me révolter contre l'absence totale de moyen d'alarme d'urgence possible ici. Elle sera finalement transportée dans un EMS à Nyon peu de temps après.

Celui qui est témoin d'injustice ou de maltraitance et ne le dénonce pas est complice. Elle m'aura appris à ne plus craindre des élus, des constructeurs, des propriétaires, technocrates jusqu'au bout des ongles, qui n'auront aucun état d'âme face à leur irresponsabilité ni aucune conscience des souffrances que leurs décisions génèrent et ne se penchent sur le terrain qu'avec talons, vêtements de marque, parfum et porteur ou délégations d'auto-satisfaction d'architectes aveugles. Que dire de conseillers communaux bien à l'abri sur les allées plates des PPE qui vous bloquent sur Twitter parce que "A trop en faire vous n'êtes plus crédible". L'est-on à ne rien faire et à fermer les yeux sur la réalité ?


Elle me dira être fière d'avoir été l'héroïne de deux de mes vidéos dans ce combat et d'avoir pu y participer.

Eikenott Gland en fauteuil roulant


Eikenott Gland en Rollators


Au revoir ma Reine, ceux qui se reconnaissent se reconnaîtront et se reverront encore, ailleurs. Je vous le promets, je continuerai, jusqu'à mon dernier souffle aussi, jusqu'à ce qu'il ne reste plus 10 centimes dans mon escarcelle que l'AJ estime suffisante. Rebelle, indocile, comme vous saviez l'être. Et maintenant que vous pouvez à nouveau l'entendre sans que tous les sons se mélangent, je vous envoie ce Concertino Narrativo que j'aurais tant aimé pouvoir vous entendre jouer :

Concertino Narrativo : V. Petsalis



Le Tigre

lundi 29 février 2016

Foncia et Domicim s'unissent pour le meilleur ou pour le pire à Eikenott et Vaud ?

Chers lecteurs,

Le bruit courait depuis des mois dans le quartier d'Eikenott Gland que 
Foncia avait racheté les immeubles de Domicim, ce dont certains ne se réjouissaient pas vraiment. Au vu de cette annonce et de la raison sociale, ainsi que du site Foncia détourné sur celui de Domicim, j'aurais plutôt tendance à croire le contraire : Domicim reprendrait les immeubles de Foncia ?


Quoi qu'il en soit, comme vous pouvez le constater la publicité continue à être pour le moins irréaliste :


On y montre encore des rues plates, des jeux pour petits enfants, des arbres, de la pelouse, or, ce que nous avons, ce sont des rigoles tous les trois mètres où personnes âgées et jeunes valides se cassent la figure, impraticables aux personnes à mobilité réduite, des jeux pour petits inexistants, les autres à la limite du danger



et pour tout gazon des herbes des champs auxquelles il ne vaut mieux pas se frotter et dont toutes les jolies fleurs cette année ont été bouffées par la luzerne.

Photo 2014 :


Bah oui, dans les champs il y a de la luzerne et les vaches les arrachent en les mangeant tandis que les concierges du coin les passent à la tondeuse quand ils ne chassent pas avec une souffleuse à feuilles qui fait un bruit insupportable des journées entières, les petits graviers coupants destinés aux jeux des enfants. Graviers qui leur font mal, que les tous petits mangent, assaisonnés aux pipis ou cacas de chiens , c'est selon, car il n'y a autour de ces jeux aucune protection.



Amenons donc nos enfant et petits-enfants si nous en avons, jouer dans les très jolis parcs pour enfants de la Ville de Gland, car ça, c'est au moins une chose que cette ville sait très bien faire à défaut de savoir faire des rampes de trottoirs aux passages piétons pour pouvoir y accéder :



Nous vivons donc dans un quartier eco-minergie dans lequel on n'a, comme vu sur ce blog de nombreuses fois, aucune idée de l'écologie ni des coûts que génère la minergie.

Alors qu'ils continuent à vendre leur blabla à prix d'or, moi je continuerai à montrer la réalité. Et la réalité c'est que même les jeunes s'en vont au bout d'un an, remplacés par d'autres qui croient au Père-Noël, tandis que les vieux, eux, y sont enfermés à jamais pour diverses raisons dont l'attitude des régies n'est pas absente et que j'expliquerai dans un autre post. 

Bon, c'est sûr, c'est pas comme ça que je vais arriver à trouver


vu que ces deux régies doivent bien posséder à elles-seules les 3/4 du parc immobilier vaudois. 

Vaud va-t-il devenir comme Genève où une régie possède à elle-seule les 3/4 du parc immobilier, dont presque tous les immeubles subventionnés tout en étant propriétaire via des sociétés immobilières ? Ce qui ne laisse aucune chance aux priorités, seuls 20% étant dévolus à décision de l'Office Cantonal du Logement GE.

Un nouveau lobby immobilier est-il en train de se créer sur Vaud ? Attention le Canton et espérons que les petites régies ayant encore le sens de l'humain et le respect du locataire, pourront survivre à tout cela.


Le Tigre

lundi 18 janvier 2016

#Eikenott Gland : Ce soir j'ai vu…

Ce soir, j'ai vu l'impossible une fois encore à Eikenott, des petits vieux livrés à eux-mêmes, parachutés dans une technologie à laquelle ils ne comprennent rien, une administration qu'ils sont incapables de gérer, des exigences auxquelles ils ne peuvent faire face.

Demain, notre régie FONCIA fait le tour de l'immeuble pour un recensement des travaux ou réparations non effectuées, la garantie du constructeur arrivant à échéance, alors que nous attendons depuis 19 mois que celles-ci puissent avoir lieu, sans aucune réaction de leur part.

19 mois c'est long, très long avec certaines réparations urgentes.

De retour depuis peu après une absence d'un mois, avec une procédure sur les bras, je m'inquiète de savoir si notre doyenne de 90 ans a bien fait sa liste de réparations en attente.

Elle ne sait absolument pas de quoi je parle :-) Je descends donc avec la lettre de FONCIA et lui demande si elle l'a reçue. "Ah, mais ça me dit quelque chose, je l'ai peut-être classée, vais voir". 

Dans son classeur, rien. Elle confond le sujet avec un sondage d'auto-satisfaction de Losinger-Marazzi, qu'elle n'a pas rempli, Elle n'a pas agendé le rendez-vous de Foncia, ni fait sa liste. La confusion s'installe, l'oubli, elle avait déjà de la peine à retrouver son immeuble pendant des mois, aucune indication de rue n'étant donnée. 

Nous faisons donc ensemble le tour de l'appartement. A peine énoncé, un problème est dans les deux minutes qui suivent, le temps d'aller écrire sur son papier, déjà oublié.

Les personnes âgées ont des problèmes de mémoire, tout le monde le sait. Personne, dans cet immeuble, même les personnes âgées à la mémoire encore vaillante ou presque, n'a pensé à le lui rappeler ou s'inquiéter de savoir si elle avait fait le nécessaire. Encore moins les jeunes qui représentent 95 % d'un immeuble seniors et mobilité réduite.

Elle se serait retrouvée demain, en oubliant tout, devant des gens dont elle ne savait pas ce qu'ils venaient faire là et de fait, responsable financièrement de tous les travaux futurs si elle n'indiquait pas les réparations à faire, épée de Damoclès levée sur sa tête que se serait empressée d'abattre la cupidité.

J'observe en même temps, qu'on lui a mis une alarme porte à plusieurs milliers de francs dont elle n'a pas besoin, ses besoins étant surtout de pouvoir avoir une alarme d'urgence en cas de chute ou malaise, comme Secutel, qui n'est pas possible dans ce complexe, cause fibre optique et pourtant promis dans les brochures et vendus par le CMS à tort. Mais d'autres, nouvelles, auraient été possibles, intelligentes, non invasives, créées par des jeunes vaudois et cet argent aurait pu servir à cela. C'est ce qui se passe lorsqu'il n'y a aucun conseil, information, autour de nos petits vieux.

J'observe aussi, qu'après 19 mois, elle ne sait toujours pas qu'elle peut descendre la fixation du pommeau de douche, car personne ne le lui a expliqué. Le lui remets à la bonne hauteur.

Ce que je savais déjà, c'est qu'elle se fait à manger depuis 19 mois sur un petit réchaud 1 plaque, ne pouvant se servir de la cuisinière à induction et qu'elle n'a jamais utilisé son four, ni sa machine à laver la vaisselle. Impossible donc de dire si ceux-ci fonctionnent ou pas.

C'est dans ce monde-là que nous vivons. Ne pouvons-nous pas laisser tous ces petits vieux à l'abri de tous ces tracas administratifs sans autre velléité que celle du profit ? Et les laisser finir leur vie en faisant juste ce qu'il aiment le mieux faire ?

Elle serait mieux dans un immeuble protégé me direz-vous. Moui, cela dépend lequel, celui d'Eikenott a un référent qui ne vient qu'une fois par semaine pour faire à manger…

Celui de notre immeuble n'a jamais existé. Notre salle commune de 100 m2 est vide de tout aménagement et donc inaccessible depuis 19 mois, la solidarité ne peut pas se créer, tout est fait pour qu'elle ne puisse pas se créer. Ce quartier n'est qu'un dortoir pour les jeunes, un handicap constant pour les mobilités réduites et un mouroir pour les vieux.

Et puisque ma "Princesse" de l'immeuble aime tellement la musique offrons-lui le meilleur :


ROBERTO POLI PLAYS CHOPIN SCHERZO IN B-FLAT MINOR, OP. 31 - LIVE RECORDING


Non, je ne suis pas fière, ici, d'être née.

Le Tigre

dimanche 29 novembre 2015

Eikenott - récit de Choukinette la minette


Chers lecteurs,

Vous le savez, sur mon blog tout le monde a droit à la parole, même les chats :

Reçu il y a peu, ce charmant récit de craquante Choukinette la minette :



"Je suis arrivée dimanche dernier chez Simone, Choukinette est mon nouveau nom, je suis très affectueuse, même un peu collante. Je suis très joueuse aussi, je ronronne tout le temps. Dès la première heure de mon arrivée je me suis sentie chez moi. La première nuit j'ai dormi sur le lit de ma nouvelle amie, puis vers le matin dans ses bras. Des fois je m'énerve un peu et je lui mords les pieds ; elle me gronde, je n'aime pas. J'ai tellement souffert de vivre à l'extérieur que je ne veux pas aller sur le balcon. J'ai trop peur de trouver la porte fermée. Mais je vais y aller un peu, petit à petit. J'ai un  gros appétit. Je suis propre, j'ai tout de suite trouvé ma caisse. J'ai aussi de petites griffes bien pointues que je dois aller faire couper chez le vétérinaire. Bien que mon pelage soit tigré je dois avoir quelques gènes de siamois, ce qui expliquerait mon comportement collant et ma sveltesse."

Souhaitons à Choukinette et son amie tout le bonheur du monde et des wagons de calins.

Le Tigre

jeudi 22 octobre 2015

Eikenott Gland, Elle y avait mis tant de coeur et de sueur dans son petit jardin


 RECTIFICATIF du 23 octobre 2015 :

J'ai en effet fait quelques erreurs dans ce blog, étant absente en convalescence au moment où ceci a eu lieu, les propos ont été recueillis par une personne de l'immeuble. J'ai enfin pu avoir l'explication exacte à l'instant :

Cette dame quitte Eikenott au mois de décembre. Elle a proposé 2 repreneurs d'Eikenott pour ses jardins, qui voulaient tous deux le reprendre tel quel, avec ses installations, ses fleurs, ses légumes. Facilitim a refusé et lui a demandé de tout arracher. Ce qu'elle a fait.

Il semblerait qu'une clause du contrat ou de la charte indique 20 % de fleurs et 80 % de légumes, juste ou pas ?

Elle a dû payer Fr. 50.00 d'inscription (plus le loyer), elle doit aussi payer Fr. 50.00 de désinscription (sic)

Pour le reste, tout est juste. Les repreneurs vont être vernis d'avoir un beau terreau fertile de jardin.

La réponse à certains commentaires se trouve dans un blog suivant sur le sujet : ICI

* * *

A Eikenott, il n'y a pas un jour sans que la bêtise sans limite et la dictature ne trace son sillon.

Elle avait choisi ce quartier, cette gentille petite locataire du rez-de-chaussée de mon immeuble,  parce qu'il offrait la possibilité d'avoir un petit jardin à faire éclore. Elle avait loué 2 petits lots pour y faire pousser ses légumes et fleurs. Elle était silencieuse, avait toujours de ses mains fait de la Terre un beau jardin.

Cet espace de lots n'ayant pas de boîte à rangements d'outils, elle transporta tous les jours de ses mains, tous les outils nécessaires.

Elle devra retirer des dizaines de brouettes très lourdes de cailloux, ferraille, bouts de verre, de ce petit bout de terre qui lui avait été loué, la terre placée là, comme ailleurs dans les autres jardins locatifs, n'étant pas de la terre de jardin, mais de la terre de construction remplie de métaux lourds et de divers déchets de construction.

Où sont donc passés les hectares de terre d'agriculture de cet énorme champ avant la construction de ce quartier qui devaient être réutilisés ?

Elle amena ensuite, des mètres cubes de terre fertile, toute seule, petit à petit, avec ce que sa santé lui permettait.

Jour après jour, du matin au soir bien souvent, elle bichonnait ses deux petits jardins : l'un avec des légumes, l'autre avec des fleurs. C'étaient les deux petits jardins les mieux entretenus d'Eikenott et qui auraient mérité la Palme de ce quartier. Les quasi seules fleurs du quartier que nous pouvions admirer, les fleurs des champs semées l'année dernière dans les espaces publics ayant décidé de ne pas pousser, dont les jolis coquelicots qui étaient la marque de fabrique du quartier ecoloPASlogique d'Eikenott.

Ordre lui a été donné par nos écolo-décideurs d'arracher toutes ses jolies fleurs, car le règlement indique que cela doit être des jardins potagers. Comme elle avait loué deux petits espaces, elle a probablement pensé que c'était mieux de faire un potager et un jardin fleuri.

Elle aurait mis moitié-moitié dans chacun, ils n'auraient rien pu dire. Mais elle ne pensait pas probablement, tout comme nous, qu'un règlement débile ecoloPASlogique sur papier lui ferait arracher ses fleurs.

Du coup, elle a tout enlevé et cherché probablement ailleurs un petit coin où elle pourra faire pousser des légumes ET DES FLEURS !

Voici ce qu'il reste de son terrain : deux lots parfaitement sains, meublés de terre fertile, impeccables : un désert :



un désert organisé par nos grands organisateurs écolos devant l'Eternel.

Nos quartiers écologiques de bazar et de pochette surprise, pleins de métaux lourds, d'empêchement d'exister, de séquestration, de coûts de santé énormes, de constructions sur des nappes phréatiques, auraient beaucoup à apprendre de certains locataires ; nous plantions déjà dans les années 1950 des pommes de terre, récupérions les doryphores à la main, dans les années 1960, nous connaissions déjà les effets des métaux lourds sur la santé, ceux qui nous gouvernent aujourd'hui avec leurs absurdités, imposant comme des dictateurs dans un complexe dénué de toute possibilité de vie ne savent même pas qu'un très grand nombre de fleurs sont comestibles !





http://sain-et-naturel.com/voici-une-liste-de-42-fleurs-comestibles-a-deguster.html


On peut y a jouter à cela toutes les dictatures de ce complexe qui relèvent du manque de conscience écologique et de l'irresponsabilité. Alors j'y reviendrai, encore et encore ! Jusqu'à ce que cela soit entendu aux plus hauts niveaux de nos élus pour qu'ils ne laissent pas faire de MA Suisse mal en point des villes dans les villes qui seront exclues de leur Commune et de toute conscience écologique, des coûts de ces absurdités, du dommage psychologique et physique qu'ils génèrent.

C'est une Honte ! dans Notre Suisse gouvernée dans ce complexe par des Français !



Le Tigre

lundi 12 octobre 2015

Eikenott Gland - factures de la SEIC fiables ou pas ?

Chers lecteurs,

Au vu de la facture reçue aujourd'hui, je dirais que NON, absolument pas fiable !

Pour les mois de juillet et août 2015 : Fr. 47.30, alors que :

- j'étais absente à l'étranger, je suis partie le 26 mai et revenue le 6 septembre
- tout ayant été débranché avant mon départ, frigo et congélateur éteints, prises multiples éteintes et que même la TV ainsi que le téléphone et internet ont été résiliés avant mon départ.

Losinger-Marazzi se serait-il AUSSI trompé dans le branchement des compteurs électriques ?

Je relève que les premiers mois à l'Allée Louis Cristin, du 1er mai 2014 au 17 septembre 2014, ce qui représente 5 mois et demi !!! nous n'avions aucune lumière dans l'Allée Louis Cristin la nuit, ni dans les chemins aux alentours. Que cependant, pendant toute cette période, des frais d'éclairage public du complexe nous ont été facturés !

Il n'y a pas un seul jour en 17 mois à Eikenott, où il n'y pas un problème à régler, des courriers à écrire, des téléphones à faire, un stress permanent. Cela fait 2 ans que certains interphones de l'Allée Waldo ne fonctionnent pas et personne ne sait pourquoi…

JE VEUX SAVOIR DE QUEL LOCATAIRE JE PAIE L'ELECTRICITE 
depuis 17 mois !

la SEIC va devoir m'expliquer cela clairement et Losinger-Marazzi ausssi

Même si ceci est à peu près ma consommation normale, dans des immeubles NON minergie, n'ai jamais payé plus de 25.00 d'électricité par mois à Genève et même moins que cela. Mais me facturer de l'électricité alors que je suis absente, ça, je ne l'ai jamais vu.


Le Tigre en cage qui veut s'en aller d'ici, vite, vite, vite !


vendredi 18 septembre 2015

Eikenott Gland - accès : le témoignage de Canne Higou

Chers lecteurs,



J'ai pleuré en lisant ce témoignage reçu par mail de Canne Higou avec son autorisation de publication.

"J'apporte un témoignage sur le sujet de l'entrée dans notre quartier. Comme vous le savez les cartes permettent l'entrée dans le contexte mais pour en ressortir il faut également présenter sa carte, ce qui auparavant n'était pas le cas. On présentait le badge à l'entrée mais on pouvait sortir sans autre ce qui était plus simple.

Pour quelle raison doit on présenter son badge pour sortir? Je me casse la tête à ce sujet depuis que cela a été installé. Et l'autre jour j'ai été la victime, je dis bien victime, de cette hérésie.

J'avais été  à Nyon où j'ai fait quelques emplettes. Ainsi lourdement chargée j'ai pris un taxi qui m'a déposé devant la barrière j'ai du finir le trajet à pied avec le poids de mes courses. J'ai du m'arrêter tous les 10 pas pour me reposer et arriver chez moi sans force. Je n'ai pu que me jeter sur mon lit laissant mes courses en plan au milieu du salon. Compte tenu de mon état de santé cela aurait pu être grave.

Pourquoi direz-vous ai-je fait ces courses? Simplement  je ne peux pas me rendre tous les jours à Nyon et que si l'on trouvait certaines choses à Gland je n'aurai pas eu besoin de faire ce déplacement. Car il s'agissait de choses courantes. Rien d'extraordinaire.

Le chauffeur de taxi m'a proposé de m'amener devant m'a porte, mais apprenant qu'il ne pouvait pas ressortir du quartier, il a a été totalement surpris et a fait un geste du doigt qui n'indique pas l'intelligence d'une telle aberration. Car si nous suivons la règle j'aurais dû ouvrir les barrières avec mon badge, entrer avec le taxi, monter mes courses descendre reprendre le taxi pour l'accompagner à la barrière, les lui ouvrir, revenir à pieds alors que j'étais déjà au bout du rouleau.

Voilà Cher Tigre la suite des aventures. J'en ai parlé avec d'autres personnes elles se sont trouvées dans la même situation. Et je parle aussi en leur nom.

Quand les décideurs sortiront-ils de leur égoïsme et accepteront de discuter avec toutes les personnes concernées du quartier ? L'ambiance du quartier ne s'en trouverait que mieux.
Et nous pourrions changer de conversation lorsque nous nous croisons.

Cordialement.

Canne Higou"


Comment comprendre que l'on puisse faire vivre autant de difficultés, de douleurs et de risques pendant un an et demi dans un nouveau complexe déshumanisé, soi-disant écologique, solidaire, multiculturel et multigénérationnel ?

Après un 3ème badge, 4ème règlement différents en 18 mois, sans aucune réflexion entre les étapes malgré les cris d'alarme.


Comment croire que sur plus de 100m il n'y ait pas au moins 10 personnes qui soient passées par là, n'aient pas vu une personne âgée trop chargée s'arrêter tous les 10 pas ?

Les personnes âgées du quartier le savent, elles ont mon téléphone, je me déplace volontiers avec mon scooter électrique Max pour les aider, ou leur faire les courses dans le bas de Gland, ou poste qui sont trop éloignés ou même à côté lors d'absence de déneigement. Mais certains n'osent pas demander ou n'ont pas de tel portable en se retrouvant derrière des barrières pour le faire.


Ce récit m'a fait penser à cette musique de l'âme et du ciel, de celle que l'on ne peut faire taire :

Keith Jarrett - Tokyo Encore



Au prochain épisode

Le Tigre en cage

mercredi 2 septembre 2015

Eikenott - Gland 2 témoignages de plus - accès dépôt minute - rigoles

Chers lecteurs,

Les jours se suivent et se ressemblent à Eikenott, voici les deux témoignages reçus ce matin :

Reçu de Minette, ce jour par mail avec acceptation de publication, je cite :

"Sur l'emplacement encombré devant la Coop j'ai assisté hier a une scène très violente de la part d'une personne voulant stationner dans les places réservées à la crèche. La Directrice a été prise à partie avec une violence extrême  par le conducteur d'une voiture qui attendait dans une des places réservées à la crèche. Bien que la Directrice ait une manière plus que sèche de signaler les faits, j'ai eu pitié d'elle, elle a été insultée par un jeune conducteur comme jamais je n'ai entendu. J'étais horrifiée. Cette violence était telle que cela ne m'aurait pas étonnée que cela déborde en violence physique.

En temps normal je serais allée parler au conducteur mais franchement j'en ai eu peur. Constatation : toutes les places de la crèche étaient occupées plus celles de mobility.

La raison du stationnement inopportun: la recherche d'un pass. Mais là encore les bureaux de Facilitim ne sont ouverts qu'à partir de 17h."



Reçu par sms ce matin de ma charmante petite aide à domicile jeune et bien en forme , je cite:

"Tu feras bien attention à toi quand tu arrives à Eikenott, il y a une énorme rigole avant la barrière, moi-même j'ai failli me casser la figure".

* * *

Quelques éclaircissements sur ce dépôt-minute d'Eikenott :

A ma connaissance ce dépôt-minute n'est pas réservé à la crèche, mais je me trompe peut-être et le règlement a peut-être aussi changé entretemps. Mais quand on le regarde de près, il suscite quelques réflexions : (Photo du 14 avril 2015)


Deux places sont réservées aux voiture de Mobility-car, il ne reste que deux places pour un dépôt-minute.

Ce semblant de trottoir, étroit, ne permettrait même pas à une poussette pour jumeaux de pouvoir passer sans danger. De l'autre côté, il n'y a pas de trottoir du tout, sortie parking Coop et accès aux poubelles sans trottoir pour s'y rendre.

Le poteau en plein milieu ne permet pas d'emprunter ce "trottoir" pour sortir par ce côté d'Eikenott, les piétons sont donc obligés de passer par la route.

Un handicapé ne pourrait donc pas y être déposé avec son fauteuil roulant, l'étroitesse du trottoir ainsi que son revêtement ne lui permettrait pas de circuler, avec de plus un virage à angle droit. Ne parlons pas d'un scooter électrique 4 roues qui devrait être sorti d'un véhicule par l'arrière et ne rentrerait même pas sur ce minuscule trottoir, qui est censé être l'accès le plus direct au bus !

DANGEREUX !

J'ai déjà signalé cela oralement au début de la construction de ce trottoir aux constructeurs en demandant à ce qu'il soit élargi côté terre, ce qui aurait été possible avant que l'irréparable ne soit fait.

Dialogue de sourd puisque je n'ai pas été entendue. Il n'y a aucun endroit pour les piétons et mobilité réduite permettant de sortir du quartier côté Coop en toute sécurité, sans passer par la route et devant la sortie du parking avec des voitures qui en déboulent parfois à toute vitesse !

Pour ce qui est de la nouvelle rigole qu'on ne voit pas sur cette photo, devant les nouvelles barrières, je dirais qu'on n'arrête pas le progrès à Eikenott. On remblaie une partie des rigoles de manière totalement aléatoire pour permettre un passage, mais on en construit d'autres en échange.

Surréaliste !


Le Tigre


dimanche 30 août 2015

Eikenott Gland - le récit de Garfield sur les accès, badge et cie

Chers lecteurs,

Voici le témoignage-récit de Garfield, reçu par mail ce matin, avec son autorisation de publication.

je cite :

"Cher Tigre,

Oh combien je vous rejoins sur bien des points et tout spécialement sur le temps et l'argent perdu lié au déplacement de tout ce qui concerne l'aide du CMS médecins ou autre. Sans compter le reste.

Pour ma part j'ai obtenu un badge de base gratuitement plus un badge supplémentaire à frs.50.00  ce qui me donne un droit de d'entrée et de sortir à peut près non limité sous réserve que je ne dépasse pas les 15 minutes  pour le dépôt minute,  le second je peux le remettre à la personne qui vient me chercher et évite ainsi un stationnement impossible vers la coop. Je n'utilise que le pass pour permettre à des amis ou autre transports bénévoles de venir me chercher si nécessaire et lorsque j'ai des bagages à porter.

Je n'abuse pas. Par contre si j'ai un rendez-vous sans bagage je vais à pieds jusqu'à la Coop mais là tout se gâte car il n'y a pas de place de stationnement pour permettre une attente de la part des personnes venant me chercher et même s'ils attendent dans une place réservée en restant au volant ils ont droit aux insultes d'une certaine crèche. Il serait bon qu'il y ait une place ou deux pour le dépôt minute. Il faudrait aussi mettre de l'ordre et demander que les voitures avec plaques françaises de ne pas boucher le passage en stationnant de manière indue je dis plaque française mais vaudoise, valaisanne et autres aussi. Je me suis faite insulté un jour par un personnage avec des plaques fribourgeoises alors que je lui signalais les faits.

En fait tout va à vaut et à l'eau dans ce foutu quartier dans lequel je me sens coincée devant supporter tout le bruits qui s'y passe avec des gosses qui braillent de 7 heures  à 22h voir plus,  les parents qui hurlent, les ados qui font les fous la nuit et tout ce qui s'en suit. Des jours j'en ai mal à la tête et je ne peux jamais faire une sieste tranquille je suis dans un stress perpétuel. Ne me dites pas "ces chers petits" pour moi l'éducation n'est pas passé par là et on a casé les petits vieux là sous prétexte que cela leur ferai plaisir d'entendre brailler à longueur de journée les mômes du quartier. En fait cette rue qui traverse Eikenott est réservée comme  lieu de passage uniquement pas une place de jeu, mais ces chers propriétaires ont apparemment pris des droits non dus sur cet endroit. Les autres ont s'en fout. Sans compter les ballons et les balles  que l'on reçoit sur la tête et même des pierres l'autre jour, non volontairement je le reconnais mais sans aucune attention.

On attends quoi à Eikenott que quelqu'un soit gravement atteint jeunes ou vieux ? A mon avis si rien est fait ce quartier sera en plein désordre dans 5 ans au plus. Sans compter le manque d'entretien qui terni l'ambiance.

Avec mes remerciements pour cet espace de témoignage que vous nous offrez.

Garfield"






Afin d'éclaircir un peu le point coûts générés par ce règlement inadapté :

Les aides du CMS par exemple ont droit à un dépôt si elles ont un passe !, de 15 minutes.

Lorsqu'elles emmènent une personne pour les courses nourriture de la semaine ou pire lorsqu'elles y vont seules, le temps de décharger, d'appuyer sur l'interphone, que la personne âgée ouvre la porte d'entrée d'immeuble, que l'aide appuie sur l'ascenseur et qu'elle dépose les aliments sans même avoir eu le temps de les ranger, les 15 minutes sont déjà dépassées.

Si elle veut avoir le temps de ranger les courses, et que son cachier des charges lui demande également de faire à la suite des soins, douche ou autre, ce qui est très souvent le cas, elle devra :

redescendre, prendre sa voiture, aller au parking visiteurs, y trouver une place ce qui est loin d'être facile, et retraverser à pieds parfois tout le complexe, réappuyer sur l'interphone, attendre que la personne âgée puisse lui ouvrir, attendre l'ascenseur pour pouvoir faire son travail.

CE SONT 30 MINUTES DE PERDUES
A CHAQUE PRESTATION !!!

A la charge des petits retraités ou du contribuable si les personnes bénéficient des prestations complémentaires ! En ajoutant dans ce dernier cas, que toute une partie du travail ne pourra être fait, car le temps accordé par les PC via le CMS est drastiquement limité.

30 minutes seront donc facturées à perte pour chaque prestation. Je vous laisse faire le calcul, ne suis pas dans un bon jour comptable.

S'il s'agit d'une infirmière, c'est encore pire, les tarifs étant encore plus élevés. J'ai déjà expliqué cela à de nombreuses reprises en un an et demi à tous les intervenants responsables de ce quartier ecopaslogique. Si l'on prend tous les coûts de santé générés par ce quartier, des impossibilités aux dangers, des inaccessibilités, des frais de déplacements, des médecins, des traitements qu'il engendre par son irresponsabilité, le froid glacial des appartements, les rigoles, le stress permanent, ces coûts dépassent très largement en termes d'économie et d'écologie tous les bénéfices qui peuvent être faits en terme de minergie.

C'est un très mauvais calcul, sans parler de l'oubli de l'aspect humain.

Merci à Garfield en colère de son témoignage.

Le Tigre