Affichage des articles dont le libellé est moyens auxiliaires. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est moyens auxiliaires. Afficher tous les articles

samedi 10 décembre 2016

Handicap : Il y a des jours où la #Suisse m'énerve grave

Vu ceci sur Twitter ce soir :

19h30 sur RTS

Neuchâtel : la Ville s'engage pour les aînés en proposant des cours de déambulateurs :

VOIR ICI (cliquez sur le lien)

Oui, c'est bien joli de proposer des cours aux aînés ou personnes à mobilité réduite ou handicapés, mais...

Ce n'est pas à eux de s'adapter à un urbanisme et architecture inadéquats à l'espèce humaine dans tous ses âges ou handicaps.

C'est aux architectes, aux urbanistes et aux constructeurs de s'adapter, de comprendre, d'expérimenter, de voir leurs difficultés. Et à nos élus de faire en sorte que cela soit possible. Et de l'expérimenter aussi, ce qu'ils refusent systématiquement, malgré plusieurs propositions.

Ce serait tellement dévalorisant n'est-ce pas de voir un élu, ne serait-ce que municipal, sur un fauteuil roulant ou moyens auxiliaire électrique pendant une journée, juste le temps de voir ce que cela représente comme difficulté, douleur, même avec des seuils de 2,5 cm dans les normes. Ainsi que les dégâts que ceux-ci peuvent faire sur les moyens auxiliaires.


Ne riez pas, j'ai entendu cela dans la bouche d'un élu socialiste un jour. "Vous savez combien ça coûte une rampe de trottoir ?"

Je lui souhaite de finir sa vie avec un moyen auxiliaire électrique sans suspension comme ceux que fournissent l'AI ou avec un rollator sur ses propres rampes ou rigoles ou avec un qui en aurait mais ne pourrait passer nulle part sur la largeur de ses trottoirs ni dans les magasins.

90 % des lieux publics, administrations, moyens de transports, culture, ne sont pas accessibles en Suisse. C'est une HONTE !

Même dans certains pays les plus pauvres d'Europe, 80 % sont eux ACCESSIBLES, comme l'Espagne, les autres 20 % payant des taxes d'inaccessibilité annuelles.

Lorsqu'ils ne le sont pas, il font en sorte, pour les magasins, de venir servir les gens dans la rue, sur le devant de leur magasin. Essayez de faire cela en Suisse.

La Suisse est clairement en défaut de sa propre constitution. Et encore plus des Droits de l'Homme.

Je ne nie pas le fait qu'il est important pour les personnes nécessitant un rollator ou tout autre moyen auxiliaire d'apprendre à s'en servir correctement. Mais ce n'est pas à eux, de pallier les lacunes de la construction, de l'environnement, de la responsabilité de nos élus.

Il faudra m'expliquer pourquoi, dans l'un des pays les plus riches du monde, du moins c'est ce qu'il dit, avec une économie stable, c'est ce qu'il dit aussi, les personnes âgées et retraités qui représenteront bientôt 45 % de la population ne sont pas entendus.

Il faudra m'expliquer pourquoi les CMS vendent des moyens auxiliaires électriques qui n'entrent pas dans les normes SIA et sont incapables d'entrer dans un ascenseur.

Il faudra m'expliquer pourquoi, ces normes ne s'adaptent pas à la réalité de nos jours et ont encore 20 ans en retard.

Il faudra peut-être aussi m'expliquer pourquoi les petits vieux votent encore pour des personnes qui les méprisent à ce point.

Parce que cela, moi, je ne le comprends pas. Et je ne l'accepte pas dans un pays dit civilisé.





Leur apprendre à escalader ceci en rollator ? Pourquoi pas le Mont-Blanc ?


Ni tout le reste que vous verrez bientôt en vidéo non plus. N'ai pas tous les documents dans cet ordi, mais j'en ai marre de ce déni et de ce report de responsabilité.

Le Tigre

mardi 1 mars 2016

Comment risquer sa vie tous les jours à Eikenott Gland Losinger-Marazzi Bouygues !


4ème pneu moyen auxiliaire éclaté sur les rigoles d'Eikenott


Un pneu NEUF !


CA SUFFIT !

Les rigoles d'Eikenott de Losinger-Marazzi Bouygues construction, même les remblayées


ont généré :

4 tassements de vertèbres
4 pneus éclatés au moyen auxiliaire 4 roues : CHF 717.00
convalescence suite tassement vertèbres : CHF 6'598.00
+ de CHF 7'000.00 d'avocat avant début de procédure

Plus les frais de déménagement (CHF 3'750.00 pour promesses non tenues),  plus de nourriture bio moisie dans le frigo = CHF 1'500.00, d'articles moisis dans les caves et d'un nouveau déménagement qui s'avère urgent et indispensable !!!

Elles ont généré aussi de nombreuses chutes de personnes âgées, de personnes jeunes et valides et même de notre facteur !

JE RISQUE MA VIE TOUS LES JOURS SUR LES RIGOLES D'EIKENOTT

Une fracture pour moi signifie aller direct au cimetière cause :

Allergie aux anesthésies
Allergie aux métaux composant les prothèses
Allergie à l'adrénaline des soins intensifs

Aucun des quatre pneus éclatés précédents n'a été remboursé en bientôt 2 ans, ni par Losinger-Marazzi Bouygues.C, SUVA mon propriétaire, ni par les propriétaires du complexe en général: 


AUCUNE REACTION DE LA VILLE DE GLAND QUI NE FAIT PAS SON DEVOIR DE SECURITE DEPUIS 2 ANS !!!! et qui voudrait bien que l'on vote encore et encore et encore pour les mêmes... avec 72 % d'abstention qui n'y croient plus

NI du CMS qui s'en fiche royalement et a refusé de nous soutenir sous prétexte que cela n'entre pas dans son cahier des charges, mais lui apporte par contre des heures en plus à facturer

Ni par nos belles grandes assurances dépensant des millions en publicité, dont La Mutuel partenaire de la Vaudoise... et qui refuse la thèse de l'accident bien sûr

Ni les médias qui ne nous relaient pas ou ne relaient que des articles consensuels au constructeur… on se demande bien pourquoi

Dans un complexe où il y a 3 immeubles à mobilité réduite !

Les locataires ici, particulièrement les vieux, les personnes à mobilité réduite sont dans de beaux draps, avec aucun moyen d'en sortir.

J'ose à peine sortir de chez moi avec le scooter électrique 4 roues pour aller faire les courses ou celles des personnes âgées du complexe tellement l'angoisse d'un nouveau pneu éclaté ou d'une fracture s'installe ad lib.


SVP RT sur twitter, ventilez le blog à vos amis, cliquez sur tous les liens, faites-leur la honte du siècle, parce qu'ils le méritent. Merci !


Le Tigre

samedi 19 septembre 2015

Gland mobilité douce : une plaisanterie ? Invitation à nos élus

Chers lecteurs, chers Elus de Gland,

J'invite officiellement ici nos élus de Gland à venir expérimenter sur des moyens auxiliaires électriques leurs accès, leur urbanisme et les chocs qui en découlent.

Je veux bien organiser cette escapade et réserver les moyens auxiliaires nécessaires pour cette expérimentation.

Me suis rendue ce 19 septembre 2015 à la Gare de Gland, deux fois, pour y rencontrer les Verts de Gland qui organisaient une présentation sur la mobilité douce.



Et que vois-je ? pas un seul stand pour scooters électriques 4 roues ou fauteuils roulants. Alors que dans cette Commune, je me fais régulièrement demander par des personnes croisées en route : "où est-ce que vous avez acheté votre scooter ? Cela fait longtemps que j'en aurais besoin, mais personne ne peut me renseigner". Je m'arrête volontiers le temps qu'il faut, explique les données techniques, les compatibilités, donne le nom et le No de téléphone à une entreprise fiable ASEMA pour des essais. Chose que strictement personne ne fait dans cette Commune. Je l'ai déjà signalé à l'Elue responsable du social.

J'y vois des motos : belle celle-ci, c'est vrai



des vélos électriques :


Des bikes tout terrain :


J'y vois des gyropodes, des trottinettes :



dont le vendeur me vante les gyropodes pour handicapés non représentés sur place "Avec suspension ou pas ?" Question restée en suspens. Certains oui, certains non.

Il m'invite à aller voir sur le net, j'y vais donc :




Gyropodes pour handicapés ? Certainement pas !

Les handicapés sont généralement polytraumatisés, paralysés partiellement, atteints de troubles neurologiques pour certains. 

Vous avez déjà vu un handicapé pouvoir faire tout cela vous ? Marcher vers l'arrière de la voiture, sortir un engin, le mettre en place, monter dessus ? Ces indications sont parfaitement inadéquates.

Toutes les videos de démonstration que j'ai vues sont faites par des personnes valides.

A la rigueur et très éventuellement pour personnes à mobilité réduite qui maîtrisent parfaitement leur corps, mais en sont déjà exclues toutes les personnes atteintes de déficit musculaire, de maladies neuro-dégénératives, de difficulté d'attention, de maladies osseuses. Ne reste plus grand monde. Et pour quoi faire ? Où pourraient-ils mettre leurs courses ?

Les fauteuils roulants sont adaptés aux personnes handicapées lourdes, polytraumatisées et généralement modulables en fonction du handicap avec de bonnes suspensions.

Les scooters électriques 4 roues sont partiellement adaptés aux personnes à mobilité réduite, le plus généralement sans suspension hélas !, bien plus pratiques que les fauteuils et aussi beaucoup moins chers, ils permettent de faire des courses, d'être chargés parfois comme des camions-déménageurs :-)

Une photo du mien après un parcours du combattant de Liddle à Eikenott : Bah oui, la solidarité de transport n'est pas non plus encore établie à Gland, inutile de dire que dans cet état là, il ne rentrait clairement plus du tout dans l'ascenseur, déjà qu'il a de la peine en temps normal :


Mais attention ! la plupart de ceux fournis en Suisse (95 % au moins) n'ont pas de suspension et sont un véritable danger pour l'ossature en raison de l'incapacité de nos urbanistes à construire quelque chose de tout simplement plat ! Car ils sont le plus souvent utilisés par des personnes ayant justement des maladies osseuses, ostéoporose avancée, arthrite, arthrose, déficit musculaire, incapacité à porter, à marcher, etc… Je dirais qu'avec 4 tassements de vertèbres en un an sur les rigoles d' Eikenott, même ceux avec suspension ne sont pas adaptés à l'absence d'urbanisme intelligent et qu'ils représentent des séquelles à vie.

N'y a-t-il donc aucune réflexion dans ce pays sur ces sujets là ? Non. On vend à prix d'or des moyens auxiliaires, qui coûtent en moyenne 30 % de plus que dans le reste de l'Europe, ne sont pas adaptés et génèrent des coûts de santé considérables en raison d'un urbanisme qui ne l'est pas lui non plus. Que fait Monsieur Prix ? Que font nos gouvernements ?

Et on vante dans des manifestations politiques des articles qui ne sont absolument pas adaptés par des vendeurs qui ne connaissent rien à la mobilité réduite ou au handicap. Bravo !

J'y reviendrai dans une analyse de tous les moyens auxiliaires électriques, des normes SIA qui ne leur correspondent pas, sans parler de celles qui ne sont pas respectées, car il est temps que notre Gouvernement Fédéral se penche un peu plus sérieusement sur la question des coûts de santé et de l'absence totale d'information ou de conseils adéquats donnés par les vendeurs ou la FSCMA qui gère les moyens auxiliaires pour l'AI.

Quant aux vendeurs de moyens auxiliaires en Suisse… je n'en connais qu'un qui soit sérieux, qui ne pense pas qu'à vendre, mais surtout à vendre le plus adapté, et réagit au quart de tour en cas de panne  : L'association ASEMA à Aigle. Je relève que d'autres vendeurs ont été sollicités et n'ont pas voulu venir, mais qu'Asema n'a pas été contactée. Il aurait cependant suffit de m'appeler, la Commune connaît très bien mon contact et me suit sur Twitter. Ce dont je lui suis reconnaissante.

Bon, vous me direz que je n'ai pas expérimenté tous les vendeurs de Suisse, mais j'en ai testé 4 sur la région romande dont certains sont une grosse source de problèmes. Je l'ai vécu et l'un des habitants de Gland le vit encore actuellement avec de nombreux soucis, de nombreux appels pour réparation et aucun retour.

La mobilité douce à Gland ? C'est une plaisanterie. Avec une rigole tous les 3-5 mètres à Eikenott, aucun passage piéton de l'Avenue du Mont-Blanc accessible : d'un côté une rampe, en face un trottoir arrondi de plus de 10 cm ! (Les petits scooters électriques le plus souvent fournis par l'AI ont une garde au sol de 6 cm) Excepté aux giratoires (Les élus sur place n'étaient pas au courant, j'en ai pourtant avisé la Commune bien en amont qui ne transmet pas), Les trottoirs qui s'arrêtent sans aucun moyen de traverser, les passages piétons qui ne sont pas en face des rampes et ceux qui n'existent pas du tout ou qui s'arrêtent en devant passer sur la route mais sans rampe, ou ceux qui ne sont pas déneigés. C'est un gros problème aussi pour les mamans avec poussettes. Pas seulement pour les handicapés et personnes à mobilité réduite. Je rencontre souvent des mamans avec poussettes, un enfant dans la main pour l'amener à l'école, une poussette dans l'autre, obligées d'escalader des trottoirs sans rampe ou des congères de neige. Elles se plaignent aussi. Qui les entend ? Ces personnes-là paient des impôts. Elles ont droit à un urbanisme adapté.

Les bus ne sont pas accessibles en scooter électrique par défaut non pas de place, mais d'agencement. Ce qui génère régulièrement des coûts de transport accompagné De Fr. 120.00 aller-retour  à Nyon pour chaque traitement et même de simples courses nécessaire à la vie, car Gland ne permet pas de le faire sur place. Les cars postaux encore moins, j'en ai discuté avec les TUG sur place, plutôt à l'écoute et sympa, merci à eux,  Impossible pour une personne à mobilité réduite de se rendre dans les Communes plus haut, profiter de la nature, des jolis petits village, de la fête des Vendanges à Luins ou autres manifestations auxquelles le Syndic Claude Gaignard nous invite, etc..

L'écoute n'a pas été la même sur tous les stands. Dès que l'on touche à la réalité, l'attention se perd, la tête se tourne, le regard dévie, le sujet de conversation est changé.

Les TUG m'ont demandé d'écrire pour mentionner… mais cela fait 20 ans que l'on écrit, que l'on montre, que l'on commente et que cela ne sert à rien ! Moi, je suis fatiguée d'écrire dans le vide, surtout qu'un rapport de 39 pages envoyé au mois d'août 2014 sur Eikenott à la Commune, à trois services différents, n'a fait l'objet d'aucune réponse écrite, ni d'aucun soutien pour toutes les personnes mises en danger !

Qui va payer ces coûts des transports accompagnés ? Le petit retraité à mobilité réduite sur sa petite retraite qui s'en passera faute de pouvoir le faire en générant d'autres coûts de santé par défaut, ou celui qui bénéficiera des prestations complémentaires pour ce qui est des traitements, mais pas du transport pour des courses qui seront à sa charge. Et donc pour bonne partie au contribuable ainsi qu'à la Commune qui reverse au Canton sa part qui lui doit probablement reverser sa part à la Confédération.

Je pense qu'avant de faire la promotion de la mobilité douce, il faudrait d'abord s'assurer que les infrastructures et l'urbanisme le permettent ainsi que les moyens de se déplacer. L'absence de ceux-ci génèrent des coûts considérables dans ce pays et donc dans cette Commune.

La mobilité douce aurait voulu qu'une petite navette payante à Gland soit en place pour que les personnes âgées en rollators ou avec cannes puissent se rendre dans les différents endroits de Gland les plus stratégiques, poste, Migros, Liddle, banques, le marché (de luxe) etc… au lieu de payer deux heures d'aides à domicile pour le faire quand c'est possible ou les transporter. Une petite navette payante pour plusieurs personnes ne représenterait certainement pas le coût de 2 heures de courses du CMS multiplié par X et permettraient aux personnes âgées de sortir de leur domicile.

La mobilité douce aurait voulu que chaque sortie d'une personne âgée, handicapée ou à mobilité réduite, ou maman avec poussettes ne soit pas un cauchemar, même dans les 100 m de leur quartier.

La mobilité douce aurait voulu que l'on puisse se rendre à Nyon en transport public, avec tous les moyens auxiliaires, dont les scooters électriques qui sont les plus utilisés de nos jours, ce d'autant que Gland ne permet pas de se soigner selon le soin, de s'habiller, de se chausser, ni d'y trouver le nécessaire à son logement.

Pourquoi nos élus mettent-ils toujours la charrue avant les boeufs ? Faire la promotion de la mobilité douce sans en donner les moyens ?

Tentons de nous en souvenir lors des prochaines élections et de choisir en conséquence des propositions.

Ou de voter blanc, si personne ne daigne se pencher sur le sujet, parce que la loi n'est pas respectée, ni ici, ni ailleurs dans ce pays, qui est le parent pauvre de la mobilité réduite en Europe oubliant au passage que la population est vieillissante tout en construisant des immeubles pour ceux-ci desquels ils ne pourront même pas sortir sans danger, ni même monter chez eux avec leur moyen auxiliaire, alors qu'ils peuvent à peine marcher et ne rien porter n'est-ce pas la Commune ? (Immeuble protégé Chavanne).


Qu'on ne me parle plus de mobilité douce dans cette Commune tant que son urbanisme ne sera pas adéquat.

J'attends de vous élus de Gland, que vous ayez le courage de venir expérimenter votre urbanisme dans les conditions que vous demandez à de de nombreux de vos citoyens et reste à votre disposition pour tous renseignements complémentaires que vous pourriez désirer.

Le Tigre